Premier « cimetière naturel » en France pour un repos éternel « écolo et pas cher »

cimetière

Le "cimetière naturel" de Souché, conçu par la Ville de Niort (Deux-Sèvres), le 9 octobre 2015 © AFP Nicolas Tucat

Niort (AFP) – Ni marbre, ni fleur artificielle: le « cimetière naturel » de Souché, conçu par la Ville de Niort (Deux-Sèvres), est un modèle original de repos éternel écologique et peu coûteux.

A l’entrée de cette nécropole inhabituelle, sanctuaire de biodiversité, une citation du botaniste Gilles Clément: « Pour faire un jardin, il faut un morceau de terre et l’éternité ».

« Il s’agissait de créer un environnement différent, où les défunts seraient rendus à la terre, naturellement », résume pour l’AFP Dominique Bodin, Conservateur des douze cimetières de Niort.

C’est lui qui a inauguré, en 2014, le premier « cimetière naturel » de la ville et de France; un espace qu’il a conçu pour tous: athées, croyants de toutes confessions, adeptes de l’inhumation ou de la crémation.

Un mur de pierre sèche et une haie vive marquent la frontière entre ce lieu semi-sauvage et le cimetière voisin où sont alignées des centaines de stèles uniformes dans un espace bétonné. »Certains visiteurs d’à côté franchissent parfois la frontière », se félicite Dominique Bodin en déambulant dans la paisible parcelle boisée de 4.000 m2 où reposent déjà une douzaine de défunts. Il évoque cette dame venue fleurir la tombe de son mari, à côté, puis se recueillir, ici, à l’ombre des tilleuls.

Le lieu a été pensé « pour minimiser l’empreinte écologique et faire le lien entre défunts, visiteurs et la nature, » souligne Eve-Marie Ferrer, paysagiste à la direction des espaces publics de la mairie de Niort.

En 30 ans, enchaîne Dominique Bodin, les usages du cimetière ont changé. Avec une cellule familiale éclatée, « les proches ne sont plus nécessairement implantés sur le territoire communal et le besoin de perpétuer l’espace de repos et de recueillement s’est amenuisé ». Les communes l’ont bien compris en supprimant pour la plupart les concessions perpétuelles pour en faire des concessions à durée déterminée: de 50, voire 30 ans.

« Il faut donc s’interroger sur ce que deviendront ces stèles ou caveaux de granit importé de Chine à grands frais et difficilement recyclables, si les concessions ne sont pas renouvelées », souligne le Conservateur.

Et « l’utilisation déraisonnée d’herbicides dans les cimetières traditionnels, observe-t-il, a rendu le sol tellement stérile qu’il ne peut plus absorber la matière organique des corps ».

L’échéance proche de 2020, quand seront interdits les pesticides dans les lieux publics, doit, selon lui, inciter à « faire la transition dès aujourd’hui du cimetière minéral au cimetière végétal ».

Instruit par les exemples du Nord de l’Europe (Royaume-Uni, Allemagne,Autriche, Pays-Bas, Scandinavie), le Conservateur mesure « le retard de la France », où le nombre de défunts faisant l’objet d’une crémation a décuplé en 30 ans (35% aujourd’hui), avec une demande croissante d’espaces cinéraires de proximité adaptés. « Et on s’est contenté de multiplier les colombariums (niches pour urnes funéraires), à l’esthétique très douteuse », déplore-t-il.

Forts de ces constats et d’un budget de 50.000 euros, alloué par la Ville, le Conservateur et la paysagiste ont imaginé ensemble cette « nécropole plus verte et moins chère en s’appuyant sur le recyclage », raconte Eve-Marie Ferrer.

Les arbustes sont issus des friches communales et une meule de récupération fait office de banc au centre du paisible « Jardin de dispersion des cendres », où l’on a planté l' »Arbre des printemps », une sculpture en métal, également récyclé.

Ici les obsèques et la concession (de 15 à 30 ans) coûtent « entre 1.500 et 2.500 euros », précise Dominique Bodin, pour des devis « dans le privé pouvant atteindre jusqu’à 5.000 euros, ou même plus ».

Mais il faut adhérer à la « Charte », prévient-il, et à l’idée qu’il n’y a ni caveau, ni pierre tombale, mais un pupitre de 30 centimètres en calcaire local. Pas de cuve bétonnée, mais une inhumation en pleine terre.

Linceuls et habits des défunts sont en fibres naturelles et les soins chimiques de thanatopraxie (conservation du corps) strictement interdits. Le cercueil est en bois non-traité ou en matériaux recyclés et les vernis certifiés sans solvants. Et ici, les fleurs sont naturelles.

Les Fradon, un couple d’enseignants retraités sont venus visiter l’endroit: « Les marchands de la mort facturent tout: poignets, capitons et même le coussin sous la tête! Mais en a-t-on besoin? », s’agace monsieur. Il trouve donc « géniale » cette idée « de cimetière écolo et pas cher ».

Madame, elle, « envisage déjà cette option » pour elle-même.

© AFP

42 commentaires

Ecrire un commentaire

    • MICHELLE

    Bonjour, je trouve cette idée géniale ! enfin des cimetières écologiques !
    D’autre part cela coûtera beaucoup moins cher aux familles, car il faut bien l’avouer, ce « marché de la mort » coûte horriblement cher !!! C’est inadmissible !

    A quoi ça sert tous ces gadgets inutiles : capitonnage, coussin, poignets en cuivre, cercueil cher, etc…. Le défunt ne se rend compte de rien et de toutes façons, après tout pourrit ! Qu’on le veuille ou non, tout retourne à la poussière, ou à la terre.

    Les P.F. profitent de ce moment fragile (de souffrance) que traversent les familles pour leur proposer des tas de gadgets inutiles. Les personnes en souffrance ne savent pas dire « non » car elles veulent le mieux pour leur défunt aimé.

    Un corps qui est enterré à même la terre se transforme rapidement et « proprement », c’est-à-dire de façon naturelle, tandis qu’un corps dans une cuve bétonnée, entre en putréfaction et le reste longtemps.
    Ce cimetière naturel sur la photo est reposant à regarder, c’est sans doute la simplicité et le cadre verdoyant : pelouse et arbres. J’aimerais après ma mort, reposer dans un tel endroit.

    J’espère que ce genre de cimetière naturel se répandra de plus en plus dans toute la France.

    • Reste à supprimer le cercueil pour une inhumation directement dans la terre nourricière…

        • Debaigt

        Il existe des cercueils en carton écologique mais il ne sont pas très facile à trouver encore en France…

      • angermullrr

      Bonjour,
      Eh bien moi aussi je trouve cela génial !!!!!! Enfin quelqu un qui pense et à l avenir. J ai tjrs été choquée quand on crématisait avec un magnifique cercueil et c est vrai pour redevenir poussière c est cette magnifique idée qui reste dans nos têtes. Faisons en sorte que ns y venions le plus naturellement,
      Grand merci à ce monsieur

    • Mas daniel

    Rien de nouveau en terre protestante les morts sont enterrés dans les champs ..

      • Basile

      Tout à fait.avant que ce soit interdit !

    • Brix

    Enfin, un vrai retour à la nature!!!!

    • rozat

    idée formidable le retour a la nature

    • Guillou Marie Laure

    Cela m’a l’air très bien.

    • koehler

    franchement je trouve ce concept génial!

    • dany

    J’espère que cette pratique se généralisera. Il y a quelques années déjà lorsque j’ai envisagé la façon dont je souhaiterais être inhumée, l’idée d’un terre plein où pousseraient pâquerettes au printemps, et qui se couvriraient de feuilles mortes à l’automne m’avait semblé être la meilleure chose.

    • Rey Tessier

    Bonjour, je suis trés contente de voir qu’il est possible enfin, d’être enterré écologiquement et sans donner tout cet argent aussi!!! Je revendic cette idée depuis trés longtemp, mon papa et moi étion les seules de la famille à avoir ce désir ¨un peu fou, bizar…¨ selon leurs dires. mais on s’en fiché, nous on trouvé sa plus normal, plus logique que nos corp se décompose le plus vite et proprement dans la terre. Malheureusement mon papa est décédé trés vite il y a bientot 4 ans, vous n’existiez pas encore, et on m’a dit de toute façon qu’il était strictement interdit d’enterré à même la terre…. Maintenant je sais que c’est possible, et dans la ville natal de mon papa en plus!!! J’ai 37 ans, loingt de la veillesse, mais je voudrais savoir si justement je pourrais faire quelque chose pour avoir une place dans ce cimetière. Commencer à payer ma concession? En attendant un message de votre part, je vous remercie

    • Vovard

    Je suis d accord avec ce mode d inhumation c est un peu ça que je recherche pour moi car je suis contre les pierre tombale ( elles sont souvent abandonnees )

  • C’est génial c’est exactement ce que j’attendais 🙂

    • holmière

    L’écologie me fait bien rire parfois !!!! On a l’impression qu’il n’y a que ça qui compte en ce moment. Mois, j’ai une meilleure idée pour remplacer les cimetières : donnez votre corps à la médecine et, là, au moins, vous vous rendrez utile en sauvant des vies au lieu de pourrir dans la terre !!! Et ça ne vous coûte rien en lus !!!!! Alors il faut arrêter avec tout ça. Et qui va payer le cimetière écologique ? Eh bien c’est nous, le contribuable !!!!

      • Léo-Paul

      Vous êtes idiot ou vous le faites exprès ? Qui d’après vous paye les cimetières en béton ? Ben le contribuable aussi. On vous dit que ce cimetière écolo est bien moins cher en entretien qu’un cimetière en béton donc le contribuable paiera moins et en plus vous ferez aussi des économies sur les frais d’inhumation (plusieurs milliers d’euros). Après si vous vous plaignez juste pour le plaisir de cracher sur les écolos ou pour troller je ne sais même pas pourquoi je prends la peine de vous répondre.

      Quand à donner son corps à la médecine c’est une très bonne chose à faire oui vous avez raison mais tout le monde ne peut ou ne doit pas le faire (trop mauvais état de santé, obligations religieuses, accord pas clairement donné avant la mort, proche qui s’y oppose….).

        • Odile Buton

        vous confondez donner son corps pour la fac de médecine : c’est payant, et le corps sert aux étudiants de médecine !

        et donner ses organes pour sauver un malade en attente de greffe ! : c’est gratuit mais il faut en avoir parlé avant avec ses proches car au moment du décès, les médecins urgentistes sont obligés de demander à la famille comment se positionnait le patient en mort encéphalique, par rapport au don d’organes !

      • ilda

      d’accord j’y ai déjà pensé mais cela semble bien compliqué pour donné son corps

      • Sophie

      On ne donne pas la totalité de son corps à la médecine, si?

      • Hélène

      Il ne faut pas croire que donner son corps à la science soit gratuit et facile,. La médecine ne prend pas les personnes décédées dans un accident, et d’une manière générale s’il y a eu intervention policière. Il faut en outre ètre proche d’un Hôpital pratiquant ce type de » récupération ». J’habite Perpignan et le plus proche hôpital est à Montpellier, idem on ne prend pas non plus. Les « restes » sont remis à la famille pour des funérailles « normales ». il y a encore d’autres conditions que j’ai oublié, mais je vous assure que c’est loin d’ètre aussi simple que l’on croit.

        • Odile Buton

        mettez vous en rapport avec l’ADOT !

        ne pas confondre donner son corps à la médecine, payant, pour les étudiants de la fac de médecine !

        # de faire un don de ses organes : gratuit, et le corps est reconstitué et redonné à la famille pour les obsèques

      • Odile Buton

      Holmière : donner son corps à la médecine est payant !
      et dans ce cas, le corps va à la fac de médecine pour apprendre aux étudiants à disséquer les morts…

      par contre, pour que ce soit gratuit, et pour servir encore mieux son prochain : faites don de vos organes et tissus et yeux-cornée, d’abord en en parlant à vos proches, au cas où vous seriez en mort encéphalique et que les médecins demandent à votre famille ce que vous en pensiez de votre vivant !

      • Basile

      Bonsoir. Donnez son corps à la science n’est pas gratuit. Il faut prévoir avec un centre hospitalier qui l’accepte. Puis payer le transfert du corps si nécessaire. Et dans les mois qui suivent aura lieu la crémation avec restitution des cendres. Si la famille le veut.

    • caro

    Donner son corps à la médecine est payant…renseignez vous avant d’écrire ce genre de commentaire

      • cat

      Non, donner son corps à la science n’est pas payant, mais ne dispense pas des frais d’obsèques une fois le corps rendu à la famille.

  • Enfin on reviens au vrai Ç est super et j espère que cette super idée soient dans toute la France autrement je déménage à souchez et je viendrais d une région doit je viens

    • vroonen

    Suis tout a fait d accord avec ce système c est ce que je préfère depuis toujours sans savoir que cela existe !!! moi suis preneuse a 100 0/0 !

  • Pour ceux qui, comme moi, souhaitent que leur corps retourne à la nature, le plus rapidement possible, en toute liberté, une autre solution peut être envisagée : la dispersion des cendres en pleine nature…

    Un geste tout à fait légal en France… contrairement à ce que croient beaucoup de Français.
    Article L2223-18-2 du Code général des Collectivités territoriales, créé par LOI n°2008-1350 du 19 décembre 2008 – art. 16

    « Art.L. 2223-18-2.-A la demande de la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles, les cendres sont en leur totalité :
    « ― soit conservées dans l’urne cinéraire, qui peut être inhumée dans une sépulture ou déposée dans une case de columbarium ou scellée sur un monument funéraire à l’intérieur d’un cimetière ou d’un site cinéraire visé à l’article L. 2223-40 ;
    « ― soit dispersées dans un espace aménagé à cet effet d’un cimetière ou d’un site cinéraire visé à l’article L. 2223-40 ;
    « ― soit dispersées en pleine nature, sauf sur les voies publiques.
    « Art.L. 2223-18-3.-En cas de dispersion des cendres en pleine nature, la personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles en fait la déclaration à la mairie de la commune du lieu de naissance du défunt.L’identité du défunt ainsi que la date et le lieu de dispersion de ses cendres sont inscrits sur un registre créé à cet effet.

      • le morvan

      c’est un autre sujet; vous parlez de l’incinération alors qu’ici il s’agit d’inhumation

    • caro

    Je suis à 100% pour ce repos éternel écolo et pas cher. Je cherchais cela depuis longtemps car je ne souhaite pas être enterré dans un cercueil capitonné et encore moins dans un caveau. Mon souhait c’est d’être enterré dans une caisse en sapin à même la terre et de pourrir et de retourner à la terre.
    Je ne veux en aucun cas que mon enfant paye une fortune pour me faire enterrer. Je suis contre ce commerce qui me révulse. On ne se fait pas de l’argent sur le dos des morts!!

    • Reix

    J’adhère totalement à ce cimetière naturel, vivement qu’il y en ai partout en France. Le cercueil est-il vraiment obligatoire? Ne serait-il pas plus sain pour la nature, d’envelopper le défunt seulement d’un drap?

    • RICOLA

    Enfin ! Magnifique ! La simplicité, contre l’horreur du cercueil figé dans un caveau en béton.
    Que tous prennent exemple sur Niort ! Je n’ai que 30 ans mais j’adhère à 300% pour ce principe. Le développement durable dans la mort, belle logique.

    • Pascale

    En plus d être beaucoup plus écologique ce cimetière semble apaisant et moins lugubre que les cimetières traditionnels. Superbe initiative de la ville de Niort en espérant que ce concept se développera

  • Avant d’avoir lu cet article je n’avais jamais entendu parler d’un cimetière naturel. J’aime bien cette idée ! Saviez-vous que le taux d’incinération au Québec attenait désormais 60 % ? J’espère que l’incineration continue à devenir de plus en plus populaire. À mon avis, c’est une bonne façon de rester vert après la mort.

    • Devigne

    Comme la plupart des commentateurs, j’adhère à 100 % à cette idée d’inhumation écologique, c’est génial ! Comme dans les temps très reculés, quand les morts étaient enveloppés dans un drap ou linceul, et mis en terre sans cercueil. C’est tellement mieux ! J’espère que ça va se répandre dans toute la France !

    C’est plus sain et plus naturel que le corps pourrisse en terre. Il est mangé par les insectes de la terre et se décompose naturellement.
    Dans un cercueil il se décompose et baigne dans son jus, et il reste dans la puanteur et la moisissure pendant un temps très long. ( N’oublions pas que le corps est composé à environ 70 % d’eau !).

    De plus, au bout d’un certain nombre d’années, quand le temps de la concession est terminé, si la famille ne la renouvelle plus et n’entretient plus la tombe, après plusieurs avertissements les services municipaux viennent enlever la pierre et le caveau pour destruction. Un travail qui coûte cher à la commune. Sans compter qu’ensuite les cercueils et les os restants vont à la fosse commune !

    D’autre part, pour moi qui suis claustrophobe et qui aie l’angoisse d’un réveil dans le cercueil, (cela arrive encore…), je ne supporte pas l’idée d’être enfermée très à l’étroit dans une boîte, aussi belle soit-elle, et ensuite dans une cuve béton bien scellée aussi… Quelle invention tordue : mettre le mort dans une boîte qu’on scelle, pour qu’il moisisse dans son jus !…. Quelle horreur !

    On a inventé les cercueils, pierres tombales, caveaux, plaques souvenirs, et autres gadgets, …. pour en faire un commerce florissant, car le marché de la mort ça rapporte énormément !!! Les prix pratiqués sont scandaleux !!!

    C’est pour toutes ces raisons que, sincèrement, je préfère la façon simple, naturelle et écologique, et qui est bien moins coûteuse pour tout le monde !

    Ce cimetière (photo) paraît apaisant contrairement aux cimetières traditionnels lugubres et encombrés.
    Moi qui suis pour le bio, le naturel et l’écologie, ça serait normal d’avoir ma dernière demeure « au vert » dans un lieu naturel et apaisant….. Voilà ma dernière volonté !…..

  • exactement ce que je désire,faire osmose avec la nature qui se nourrirait de moi en me recyclant

    • Monik

    C est vraiment super…. C est comme ça que sont les cimetières au Quebec… on les voit depuis la route en passant…. rien de choquant ou de morbide…. bel exemple à suivre…..

    • Rosa

    Bonjour,

    Je suis anglaise et une ami m’a envoyé le lien du ce itiêre naturel ou va être enterrer son cher Papa la semaine prochaine. Le voici: http://www.woodlandburialground.co.uk/Our-Burial-Grounds/

    Beaucoup de personnes ont trouvé l’idée de Niort fantastique – qu’est ce qu se passe depuis?
    Est-ce qu’il y a d’autres en France, Municipale ou autre? Concretement, comment faire?
    Je veux bien participer dans un tel projet et si nous y mettons tous dans nos regions prospectives?
    le Loi l’Abbé ‘zero phyto’ doit nous aider. Adelaide Fiche, Architecte Urbaine en Bretagne peut avoir des pistes, elle a deja participé pour en faire une dans ce chemon.

    • Bridulo

    Comment obtenir une autorisation d’être enterré à Niort si nous ne sommes pas résidant de la région ? La loi française nous oblige à se faire enterrer dans la commune où nous sommes enregistrés sur les listes municipales ou bien dans un caveau familial déjà existant enfin j’ai lu que nous ne pouvons pas nous faire enterrer dans l’endroit de notre choix.
    Dans la mesure ou îl n’existe pas de cimetière écologique partout en France. Comment faire ? Est ce quelqu’un peut me répondre ?
    Je suis une pure écologiste et je ne supporte pas que l’on souille et détruise ce qui est le plus merveilleux au monde , Notre Mère Nature.

    • Hélène

    depuis que j’ais vue un reportage sur ce sujet ! je trouve dommage qu’il n’y en a pas dans mon entourage ! j’aurais bien voulue être enterrer de cette façon !!!