Climat: les Français peu convaincus de l’impact de la consommation de viande

viande

Un stand de viande dans un supermarché le 25 août 2015 à Paris © AFP/Archives Kenzo Tribouillard

Paris (AFP) – Les Français sont peu convaincus de l’impact de leur consommation de viande sur le changement climatique, alors qu’elle représente 50% des émissions de gaz à effet de serre de l’alimentation, selon un sondage publié lundi.

Plus de la moitié des Français (56%) disent manger moins de viande « par rapport aux dernières années », mais c’est avant tout pour des raisons économiques, selon ce sondage réalisé par Médiaprism pour l’ONG GoodPlanet et l’Institut national de la consommation-60 Millions de consommateurs.

Pour 46%, c’est « parce que la viande coûte trop cher ». Ils invoquent aussi le fait que « l’élevage industriel ne respecte pas le bien-être animal » (35%) ou estiment que « la viande n’est pas +bonne+ pour (leur) santé » (31%). 26% citent « les scandales alimentaires » et seulement « 19% » le respect de l’environnement.

Parmi eux, 61% mangent de la viande au moins une fois par jour. Seules 9% en mangent moins d’une fois par semaine.

Plus des trois quarts estiment qu’il faut « changer ses habitudes d’achat » (79%) et « être attentif à sa consommation énergétique dans la cuisine » (75%).

Or, ils ne sont que 57% à citer le fait de consommer moins de viande.

Moins d’un sur deux (41%) cite l’alimentation.

Pourtant, « l’alimentation représente le premier poste d’émission de gaz à effet de serre des foyers français (27%) », relève GoodPlanet.

Una majorité écrasante (92%) des Français estiment que « privilégier les modes de production respectueux de l’environnement » est le moyen le plus efficace pour prévenir le dérèglement climatique.

Et 87% citent la limitation du gaspillage alimentaire.

Globalement, 84% des Français pensent que les transports ont énormément ou beaucoup d’impact sur le climat.

Ils sont 63% à incriminer le logement (chauffage, équipements de la maison, équipements high-tech) et 58% « les autres produits de consommation courante », comme les produits d’entretien, les cosmétiques ou les textiles.

Une écrasante majorité (92%) pensent qu’acheter des fruits et légumes de saison est efficace pour prévenir le changement climatique.

Pourtant, « plus d’un tiers consomment régulièrement des tomates fraîches en hiver », souligne GoodPlanet.

Ce sondage a été réalisé en ligne du 30 juillet au 19 août auprès d’un échantillon de 1.011 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

 

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article