Climat: le Canada sera dos au mur après les élections fédérales

cananda climat

Le Premier ministre conservateur, Stephen Harper, juste avant un débat électoral, à Toronto le 6 août 2015 © AFP/Archives Geoff Robins

Montréal (AFP) – Après une décennie de pouvoir conservateur, le Canada, premier pays à s’être retiré du Protocole de Kyoto, tarde à agir contre les changements climatiques. Les élections fédérales du 19 octobre marqueront-elles son réengagement dans les questions environnementales?

« Quel que soit le parti qui sera élu, il est devenu intenable pour un gouvernement de ne pas agir plus vigoureusement sur la question du climat: le Canada est isolé internationalement et rate le virage de l’économie verte », analyse Karel Mayrand, de la Fondation David Suzuki.

Pour cet écologiste, le Canada a beaucoup reculé « sur le plan environnemental depuis une décennie » en permettant « le démantèlement de plusieurs réglementations », comme celles protégeant les lacs et les rivières.

Avec le retard pris par les conservateurs, « le Canada est considéré comme un cancre par la communauté internationale dans la lutte contre les changements climatiques », se désole l’ex-ministre libéral de l’Environnement, Stéphane Dion.

Au pouvoir depuis 2006, les conservateurs de Stephen Harper ont décidé en 2011 de sortir le Canada de Kyoto, jugeant ses objectifs irréalistes.

Au fil des années, des dizaines de postes de scientifiques ont été supprimés par le gouvernement fédéral et des élus conservateurs n’ont pas caché leur scepticisme quant à la réalité des bouleversements climatiques.

« M. Harper ne croit pas à la science expliquant le changement climatique, donc il ne fait rien (…) il ne voit pas l’urgence d’agir », a accusé en campagne le chef du NPD (gauche), Thomas Mulcair.

Ex-ministre des Affaires étrangères de M. Harper, passé depuis à l’Agriculture, Maxime Bernier avait même publié en 2010 une tribune prônant la prudence dans les dossiers environnementaux, en jugeant qu’il n’existait « aucun consensus scientifique » sur la véracité du réchauffement climatique.

Les trois mandats des conservateurs ont coïncidé avec l’essor de l’industrie des sables bitumineux d’Alberta (Ouest), pétrole considéré comme le plus sale à extraire.

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) ont augmenté de 18% depuis 1990 au Canada. Coeur de l’industrie pétrolière, l’Alberta représente 73% de la hausse des GES canadiens depuis 25 ans, selon une étude des ONG Environnemental Defence et Greenpeace.

Lors des débats électoraux, le Premier ministre Harper s’est targué d’avoir dirigé le premier gouvernement ayant « réduit les émissions de gaz à effet de serre ».

Du tac au tac, le candidat libéral Justin Trudeau a ironisé: « Il parle comme ça tout le temps, comme si le Canada était un leader en matière d’environnement, je pense qu’il commence même à se croire ».

Dans les faits, comme les autres pays occidentaux, le Canada a enregistré un repli de ses émissions de carbone en 2007 et 2008, en raison du ralentissement lié à la crise financière, avant de les voir augmenter à nouveau.

L’action de certaines provinces –comme l’Ontario qui a fermé ses centrales au charbon– a permis de freiner la hausse des GES, et « le gouvernement fédéral cherche à en tirer crédit », observe M. Mayrand.

Pressé par ses partenaires internationaux, M. Harper a annoncé au printemps que le Canada se présenterait à la conférence de l’ONU sur le climat en décembre à Paris (COP21) avec un objectif de réduction de 30% de ses émissions de GES d’ici 2030 par rapport à 2005. « Cette cible est parmi les moins ambitieuses des pays développés », note M. Mayrand.

Pour le NPD, cet objectif est de 34% d’ici 2025 par rapport à 1990, en ligne avec les objectifs mondiaux de limiter la hausse de la température moyenne de la planète à deux degrés d’ici 2100. Le parti de M. Mulcair veut pour cela mettre en place une Bourse du carbone et encourager l’électrification des transports.

Les Libéraux de Justin Trudeau, en cas de victoire, attendront la COP21 pour préciser leur cible pour coller à la limite des deux degrés. En espérant, selon le libéral Stéphane Dion, que cette conférence « permette de refaire le lien entre le Canada et le monde ».

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Paul Sven

    Il faut quand même préciser que les Canadiens ne sont pas, dans leur grande majorité, à l’image de leur gouvernement qu’ils s’apprêtent justement à débarquer dans quelques jours. En fait, la « conscience écologique » des Canadiens a été bafouée par le présent gouvernement et cela expliquera sa mise à la porte le 19 octobre. On se souviendra qu’un ministre de ce triste gouvernement a déclaré que les écologistes étaient, en puissance, des terroristes et des traitres à leur patrie.
    Toutefois, la conscience urbaine des Canadiens est une des plus écologique sur cette planète, il suffit de vivre quelque temps dans l’une ou l’autre des grandes villes pour s’en rendre compte, et cela doit être mis dans la balance.
    Il est vrai aussi que le pays est grand comme 17 fois la France pour une population d’a peu près la moitié. Il est vrai également que l’on peut voir -40 l’hiver et 30 ou 35 l’été dans les mêmes lieux, cela ne facilite pas la conservation d’énergie par rapport à des pays plus tempérés. Il faut avouer par ailleurs que lorsque l’hiver dure six ou sept mois, et qu’il peut arriver, comme l’an dernier, qu’il se passe plus d’un mois sans que la température remonte au-dessus de -20, le réchauffement cesse d’être une grande préoccupation. Plusieurs se prennent même à en rêver.
    Gardons-nous toujours de juger sans le contexte.
    Quant à Stéphane Dion, AFP n’a pas été chercher la meilleure référence en la matière. Ce monsieur qui tourne sa veste selon les vents n’est qu’un opportuniste prêt à faire feu de tout bois ; non le lien avec le monde n’a pas été rompu !

Climat : pour l'Antarctique et le niveau des mers, chaque degré compte, selon une étude

Lire l'article