UE: deux tiers des Etats ne veulent pas de culture d’OGM sur leur sol

OGM

Des gens passent devant l'affiche d'une campagne contre les organismes génétiquement modifiés (OGM), le 15 février 2011, dans une station du métro parisien © AFP/Archives Miguel MEDINA

Bruxelles (AFP) – Dix-neuf Etats membres de l’UE ont au final demandé l’interdiction sur tout ou partie de leur territoire de la culture d’organismes génétiquement modifiés (OGM), en application d’une nouvelle législation européenne, a fait savoir dimanche la Commission européenne.

En vertu d’une directive récente, les 28 avaient jusqu’au 3 octobre pour demander l’interdiction sur leur sol de la culture d’OGM déjà autorisés par l’UE, ou en voie d’autorisation.

Leur demande est ensuite transmise aux industriels qui ont un mois pour réagir et peuvent mettre leur veto. Dans ce cas, les Etats membres gardent la possibilité d’invoquer des « motifs sérieux », liés par exemple à des politiques environnementales ou agricoles spécifiques, pour solliciter une interdiction sur leur territoire.

La Slovénie, Malte, le Luxembourg et le Danemark ont fait des demandes de dernière minute. Les autres pays en question, déjà connus, sont la Bulgarie, l’Allemagne, Chypre, la Lettonie, la Grèce, la Croatie, la France, l’Autriche, la Hongrie, la Pologne, les Pays-Bas, la Lituanie et l’Italie.

Le Royaume-Uni a également fait une demande pour l’Ecosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord, et la Belgique pour la Wallonie, a précisé la Commission européenne.

Actuellement, le MON 810 est le seul OGM autorisé dans l’UE, il est cultivé en Espagne, au Portugal et dans une moindre mesure, en République tchèque.

Huit demandes pour la culture d’OGM dans l’Union européenne sont en cours, y compris la demande de renouvellement de l’autorisation du MON 810.

Pour 4 d’entre elles, l’EFSA, l’Autorité européenne de sécurité des aliments, a émis un avis positif. Les quatre autres sont en cours d’examen, précise-t-on à la Commission.

 

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Oskar Lafontaine

    Les OGM sont une catastrophe sanitaire et économique de première grandeur. Sous couvert d’un progrès c’est en réalité du poison qui est ainsi produit. Au seul profit des firmes qui les produisent. De plus les herbes folles comme les ravageurs de cultures s’adaptent plus vite aux OGM que les labos ne peuvent les modifier.
    Ce n’est pas seulement la culture des OGM qu’il convient d’interdire dans un souci de santé publique, c’est aussi l’importation de tout ce qui, en matière agricole, a été obtenu par modification génétique. Interdiction ainsi de l’importation des maïs et soja transgéniques. Et des mandats d’arrêt internationaux doivent être lancés pour l’arrestation des dirigeants identifiés de ces firmes criminelles productrices de ces poisons.

      • maxan

      Les traités en passe d’être signés comme le TIPP ou le TAFTA empêcheront les états de se protéger de cette horreur ? De même qu’il sera impossible à quiconque de dénoncer les scandales comme Volkswagen, les faux médicaments, les dérives bancaires etc. sous peine d’être lourdement condamné.

Satay végétarien: un laboratoire expérimente des plats asiatiques sans viande

Lire l'article

Le Marché de Rungis va s'étendre au nord de Paris avec nouvelles plateformes et volet agricole

Lire l'article