Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Un loup abattu dans les Alpes-de-Haute-Provence

loup abattu

Un loup sort de sa cage, le 16 décembre 2004, lors du lâché d'une dizaine de loups dans le "centre Alpha", un lieu dédié, selon ses concepteurs, "Au loup et à l'homme", dans l'arrière pays niçois © AFP/Archives Pascal GUYOT

Sisteron (France) (AFP) – Un loup a été abattu mardi sur la commune d’Auzet, dans les Alpes de Haute-Provence, dans la vallée de la Blanche, a annoncé la préfecture dans un communiqué.

Ce tir intervient dans le cadre de la mise en place d’un tir de défense renforcée sous le contrôle de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) « qui a mis en place depuis début septembre une brigade dédiée au soutien des éleveurs », explique le communiqué.

Dans ce secteur des Monges, 47 attaques ayant fait 136 victimes sont intervenues depuis le début de l’année, précise également la préfecture. Cette action s’inscrit dans le plafond de 36 loups pouvant être « prélevés » jusqu’en 30 juin 2016. Ce prélèvement est le cinquième, dont 2 ont eu lieu dans les Alpes de Haute-Provence, depuis l’entrée en vigueur d’un nouveau quota national en juin dernier.

« Afin de réduire l’exposition des troupeaux à la prédation », le préfet du département a autorisé plusieurs éleveurs, « qui continuent à subir des dommages importants et récurrents malgré la mise en œuvre de mesures de protection préventive », à défendre leur troupeau par des tirs de défense dite « renforcée », c’est-à-dire mobilisant jusqu’à 10 chasseurs sur le parcours du troupeau.

Au 16 septembre 2015, 937 victimes pour 294 attaques ont été recensées dans le département, soit une augmentation de 40 % des victimes et de 30 % des attaques par rapport à 2014 à la même date, selon les chiffres communiqués par la préfecture des Alpes de Haute-Provence.

 

© AFP

9 commentaires

Ecrire un commentaire

    • VANDIER PIERRE

    Celui-là à peur , craintif il sort d’une cage …

    • Hanscotte

    L’animal a autant le droit de vivre sur la terre que l’homme. De plus il y était le premier!

    • c

    Que ça me dégoute quand je lis cela !
    Et la chasse va se poursuivre jusqu’en juin l’année prochaine , mais au printemps les mères auront mis bas et CA TOUT LE MONDE S’EN FOUT ?
    Mais comment les autres pays où les éleveurs cohabitent avec les loups ? a croire qu’il n’y a qu’en France que les loups attaquent les troupeaux , si les éleveurs étaient étaient plus intelligents ils accompagneraient leurs troupeaux de chiens capables de faire fuire les loups , mais non en France on ne pense qu’A TUER !
    Merci Ségolène !

      • Julie

      Même problème en Suisse, les *bergers* ne surveillent pas leurs troupeaux et préfèrent être indemnisés lorsque les moutons se font manger par des prédateurs. Ils accusent les loups pour que les chasseurs puissent se faire plaisir en les tirant. L’humain n’est qu’un méprisable virus et je souhaite à tous ces tueurs sans scrupules de mourir sur le champ.

    • BESSE

    Décidément en FRANCE on ne sait pas vivre ensemble ! c’est vrai pour les humains et encore plus pour les animaux ! pas comparable me dira-t-on ? si, les autres pays y arrivent Pourquoi pas nous ??
    Le préfet a-t-il vu ou approché un loup une fois dans sa vie ? ……………..Son rôle devrait être de protéger la faune au même titre que les humains et ne pas éradiquer une race qu’on a introduite !!!!!!

    • chaumien

    Inutile de les tuer, ceux qui restent ont faim; quand nos élus le comprendront-ils?les loups sont aussi nécessaires que les humans ,dans la nature.S’ils ont de quoi vivre dansla nature, ils n’attaqueront pas
    les troupeaux!

    • gondry

    c’est une honte ! les loups sont affamés , apeurés , mais pourquoi leur infliger autant de souffrances ?

    • Lagarde

    Soutien aux éleveurs, une bande d’assassins oui c’est donc tout ce dont l’homme est capable, je croyais que les hommes étaient intelligents, j’ai dû mal lire la notice.

    • eynard

    Mon grand-père lui lorsque un animal sauvage venait dans sa ferme pour attaquer ces animaux il prenait son fusil et tiré une cartouche à base de lentille et de poivre, la baisure n’était pas latial, l’amiral mettait de mois à s’en remettre, mais il ne lui venait plus idée de s’approche de la ferme et il veillé à ce que sa progéniture face de même.
    Lorsqu’on abat un animal sauvage un autre prend sa place, si on le dissuade il garde sa place sans causait de problème.