Ameublement: 31 substances chimiques néfastes pour la santé, selon l’Anses

ameublement

Le rayon ameublement d'une grande surface © AFP/Archives Jack Guez

Paris (AFP) – Trente-et-une substances chimiques néfastes pour la santé ont été identifiées dans le mobilier par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) qui milite pour la mise en place d’un étiquetage spécifique pour ces produits.

« Les produits d’ameublement sont constitués de multiples matériaux qui peuvent être traités, décorés ou protégés, ils peuvent émettre de multiples substances volatiles ou semi-volatiles auxquelles peut être exposée la population », précise l’Anses.

L’agence a été saisie par les ministères de la Santé et de l’Ecologie pour identifier les substances chimiques « prioritaires » en vue d’un futur étiquetage obligatoire des produits d’ameublement qui pourrait intervenir « à l’horizon 2020 ».

Plus de 600 substances pouvant être émises par les produits d’ameublement ont été recensées, dont une soixantaines classées « cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques » (toxiques pour la reproduction) par le CIRC, l’agence du cancer de l’Organisation mondiale de la santé, ou par le règlement du Parlement européen.

Parmi celles-ci, 31 ont été déclarées par l’Anses « prioritaires sur la base des données de mesure disponibles ».

Il s’agit notamment des phtalates, du formaldéhyde, du styrène, du benzène et du dichlorométhane.

Pour l’Anses, il est important de limiter l’exposition de la population à ces substances et « de tendre à terme vers une interdiction ».

L’étiquetage obligatoire existe déjà depuis 2013 pour les peintures, vernis, moquettes et papiers peints (classés de A+ à C, selon leur niveau d’émissions).

En attendant l’entrée en vigueur de l’étiquetage obligatoire des meubles, l’Anses invite les fabricants et distributeurs à conclure « un accord volontaire » fixant comme objectif « que 80% des meubles pour enfants soient étiquetés ».

 

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

  • Je suis dans le domaine de l’agencement et utilise ce type de matériaux, ces problèmes ne m’ont jamais été rapportés auparavant et c’est bien dommage.!
    Cela serait bien que nous ayons toutes les informations nécessaires afin de savoir quels sont les risques pour notre santé et celle de nos clients, et, pour mieux choisir nos fournisseurs.

    • mossino loic

    Dans l’artisanat les fournisseurs proposent des produits éco-certifiés aux normes européennes, ce sont les industriels qui s’approvisionnent dans des usines (hors union européennes) peu scrupuleux de ce genre de problèmes, afin de tirer les prix au moins cher, répondant a une demande du public.
    faut choisir : le prix ou la santé!
    Si dessous lien d’un fabricant français, modèle dans le domaine.
    http://www.polyrey.com/content/download/17771/140297/version/4/file/BRO_FR-Brochure_Polyrey_environnement-01072014.pdf

A Paris, le salon du nucléaire civil s'ouvre dans un climat plus porteur

Lire l'article