OGM: des faucheurs volontaires pénètrent dans les locaux de l’Inra à Colmar


Des pieds de vigne cultivés dans des tubes à essai à l'Institut national de la recherche agronomique de Colmar le 24 novembre 2010 © AFP/Archives Patrick Hertzog

Strasbourg (AFP) – Plusieurs dizaines de « faucheurs volontaires » ont pénétré lundi matin dans les locaux de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) de Colmar, pour une « inspection citoyenne » à la recherche de vignes OGM, a-t-on appris auprès de l’un d’entre eux.

« On va aller regarder dans les serres s’il y a des pieds de vignes OGM, comme ceux qu’on avait fauchés il y a cinq ans », a indiqué à l’AFP une membre des mouvements des faucheurs volontaires, Dominique Delort.

« Si on en trouve qui ne sont pas en milieu confiné, on va faire établir un constat d’huissier », a-t-elle précisé.

Une cinquantaine de faucheurs volontaires participaient à cette action, selon des chiffres donnés par l’Inra et par Mme Delort, qui avait initialement évoqué 80 faucheurs.

Une délégation d’une dizaine d’entre eux a été reçue par la direction de l’institut de recherche. Les faucheurs ont ensuite quitté le site, sans incident.

La direction de l’Inra a annoncé son intention de déposer une plainte pour violation de domicile.

« Notre délégation a été longuement reçue par la direction », a déclaré Mme Delort, soulignant qu »il y a de nombreuses contradictions dans le discours. Des serres sont complètement confinées, nous pensons qu’il y a des OGM dedans ».

« On venait dans un but pacifique. On vient toujours gentiment avant d’y retourner », a-t-elle ajouté.

En août 2010, des faucheurs volontaires avaient détruit une parcelle de vigne transgénique expérimentale de l’Inra de Colmar.

En première instance, en octobre 2011, la plupart d’entre eux avaient été condamnés par le tribunal correctionnel de Colmar à deux mois de prison avec sursis.

La cour d’appel de Colmar les avait ensuite relaxés en juillet 2014, estimant que l’arrêté ministériel autorisant ces OGM était « illégal » car il y avait eu « une erreur manifeste d’appréciation des risques inhérents » à l’essai, réalisé « au milieu du vignoble alsacien » dans un environnement non confiné.

Une décision elle-même cassée en mai 2015 par la Cour de Cassation, qui a renvoyé l’affaire devant la Cour d’appel de Nancy, à une date non encore connue.

Avec ces pieds de vigne OGM, l’Inra de Colmar voulait tester la résistance de porte-greffes de vignes génétiquement modifiés à une maladie virale de la vigne, le court-noué.

« Il n’est pas dans notre culture de faire des recherches derrière des barbelés, dans des bunkers », a déclaré à l’AFP Jean-François Launay, directeur de cabinet du président de l’Inra, ajoutant que « de guerre lasse, nous avons abandonné ces recherches ».

Les faucheurs volontaires étaient réunis depuis vendredi soir à Kaysersberg (Haut-Rhin) pour leur assemblée générale, qui s’est terminée dimanche soir.

© AFP

 

7 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Oskar Lafontaine

    Cette intrusion est la conséquence logique du mensonge systématique comme de la dissimulation des « autorités », ramassis d’incapables notoires, à la solde de lobbys et portés au pouvoir de nuisance, à la suite d’un concours malheureux de circonstances, en dépit de leur nullité démontrée. Ainsi ce monsieur qui vint en avril 1986, à la télé un soir, au JT, nous informer, que les radiations de Tchernobyl s’étaient arrêtées à la frontière, et le service public de « l’injustice systématique », en dépit de cet énorme mensonge, l’a couvert jusqu’au bout.
    Car la vérité c’est qu’on ne peut plus faire confiance à ces « autorités de pacotille, et encore moins à la prétendue « justice » qui sévissent dans ce pays comme dans beaucoup d’autres.

      • Petitalot

      Commentaire radical ! Radical de vérité ! Les politiques prennent les gens pour des « benêts ». Mais beaucoup – et de plus en plus – de dédain de la part de la population envers ces politiciens arrivistes sans foi ni loi à la botte des multinationales.

    • Francis

    Oskar,comment pouvez-vous faire l’amalgame entre la radio-activité et des pieds de vigne résistants à un virus? Je ne comprend pas.

      • Oskar Lafontaine

      Les deux procèdent du même mensonge, conséquence du « culte du progrès ». Mensonges du lobby du nucléaire d’un côté, mensonge du lobby des semenciers de l’autre et tous les deux « couverts » par les autorités publiques et politiques, généreusement arrosées, au mieux de mensonges, au pire d’or, pour laisser faire. Les OGM, tout comme le nucléaire, tuent, et ceux qui osent encore proposer ces technologies empoisonnées, ne sont jamais que des apprentis-sorciers, mais que des juges « à la botte » laissent faire.

    • Francis

    Expliquez nous comment des pieds de vigne résistants à un virus peuvent tuer autre chose que ce virus.

      • Oskar Lafontaine

      Il suffira de boire le vin ainsi produit, de même que l’introduction, dans une plante, d’un gène produisant un poison qui tue des moustiques ravageurs, se révèle aussi dangereux pour les hommes que l’insecticide lui-même directement vaporisé. La « résistance » d’un OGM à un virus n’est jamais obtenue que par l’introduction, dans le patrimoine génétique de la plante ainsi modifiée d’un gène qui produira un poison, le même le plus souvent que celui existant dans la nature, tuant le virus,ou le neutralisant, mais ce poison peut ne pas tuer « que » le virus, et les essais avant commercialisation sont limités en durée, à quelques mois, afin que les effets négatifs et assez effrayants, n’apparaissent pas. C’est ce que Séralini a démontré et dénoncé, d’où l’acharnement scandaleux et même criminel contre lui du lobby des semenciers et de ses multiples relais dans la presse, et dans les ministères, jusqu’au ministre probablement stipendié, car cet empêcheur d’ogéoméiser en ronds risquerait bien de les empêcher de se remplir les poches, sinon de les envoyer devant un tribunal, antichambre de la prison au long cours qu’ils ont tous pourtant amplement méritée.

    • GASTON HERVIEUX

    LE GENOCIDE COMMIS `A NAGASAKI ET HEROCHIMA A TOUJOURS DE LOURDE CONSEQUENCE SUR LA DUREE DE VIE AINSI QUE SUR LE PROFIL GENETIQUE DE LA DESCENDANCE DES VICTIME SURVIVANTE ; PERSONNE NE PEUT CACHER CE FAIT ! VERS L`AN 1986 LA COMMISSION DE COOPERATION ENVIRONNEMENTALE (CCE) DONT LE SIEGE SOCIAL EST `A MONTREAL, REGROUPANT CANADA,ETATS-UNIS,MEXIQUE, SECTION ENVIRONNEMENT, DECOULANT DE L`ACCORD DE LIBRE ECHANGE NORD AMERICAIN (ALENA), SUIVANT UNE RENCONTRE TENUE `A PISTBURG, PENSYLVANIE,USA, A EMIS UN RAPPORT DENONCANT LES USA D`AVOIR CONTINUE `A FABRIQUER-UTILISER DU DTT DANS LES GRANDE CULTURE ALORS QU`UN ACCORD ENTRE LESDITS PAYS L`INTERDISAIT DEPUIS PLUSIEUR ANNEE. LE DDT EST RESPONSABLE DE PLUSIEURS MORTALITE,MALADIE,MALFORMATION CONGENITALE….LES INSECTES ONT DEVELOPPE UNE RESISTANCE ET ON DEVAIT AUGMENTER LE DOSAGE JUSQU`AU CONSTAT DE MORT D`HOMME POUR COMPRENDRE LA GRAVITE DU PROBLEME. CONSECUTIVEMENT `A CE QUI EST ECRIT DANS LEDIT RAPPORT LES USA SE DONNAIT ENCORE 10 ANS POUR CESSER SON UTILISATION….LES SOIT-DISANT EXPERT SE GARDENT DE VOUS PARLER DES PHENOMENES DE LA SYNERGIE ET DE LA BIOACCUMULATION…. `A LA BASE DE LA REGLEMENTATION ET DE LA LEGISLATION NOUS NE RETROUVONS PAS DE NORMES SCIENTIFIQUE QUI NOUS PERMETTRAIENT DE SAVOIR `A PARTIR DE QUAND LA FAUNE, LA FLORE ET LA SANTE PUBLIQUE SONT AFFECTE ; CERTES, IL Y A QUELQUE CRITERE QUI N`ONT PAS DE VALEUR LEGALE PUISQU`ILS REPOSENT SUR LA CAPACITE QU`A LA TECHNOLOGIE `A NE PAS POLLUER (APPARENCE ET SANS FONDEMENT SCIENTIFIQUE).IL EST CERTAIN QUE SI ON INTEGRE UN PESTICIDE,POISON OU AUTREMENT DANS UNE PLANTE, QUE VOUS APPELIEZ CELA BIOTECHNOLOGIE,OGM OU AUTREMENT, IL VA Y AVOIR BIOACCUMULATION….QUE CE SOIT PAR UNE POLLUTION CHIMIQUE ,BACTEROLOGIQUE,RADIOACTIVE OU AUTREMENT NOUS ASSISTONS `A UN MEME PROCESSUS DE BIOACCUMULATION AYANT `A DIFFERENT DEGRE COMME CONSEQUENCE UN MEME CHEMINEMENT QUI ENTRAINE LA DEGENERESCENCE DU VIVANT JUSQU`A LA MORT (VOIR LE LIVRE : « LES CLOCHES DE NAGASAKI » POUR REFERENCE). LSEIGNEURIEGASTON@HOTMAIL.CA .

Primaire écologiste : Jadot et Rousseau au second tour, deux lignes s'affrontent

Lire l'article