Des chercheurs ont mis au point un riz OGM très nourrissant et peu polluant

riz ogm

Des chercheurs ont mis au point un riz génétiquement modifié très nourrissant et à faible émission de méthane © AFP/Archives Martin Bernetti

Paris (AFP) – Des chercheurs ont mis au point un riz génétiquement modifié très nourrissant et à faible émission de méthane, selon une étude publié mercredi dans la revue britannique Nature, qui le présente comme une avancée en matière de nutrition et de protection de l’environnement.

Créé par Chuanxin Sun, chercheur de l’Université suédoise des sciences agricoles et ses collègues, le SUSIBA2 est obtenu grâce à la modification de riz par un gène d’orge. « La plante a été testée et cultivée en Chine pendant trois ans », précise l’étude.

Ainsi modifié, le végétal a la particularité de stocker les sucres produits par la photosynthèse dans ses tiges et ses graines plutôt que dans ses racines. On obtient donc un riz à haute teneur en amidon, sucre complexe et principal apport en calorie des céréales.

Cette découverte répond aux nouvelles contraintes de l’agriculture : alléger son empreinte sur l’environnement tout en augmentant sa production de 70% d’ici 2050 pour répondre aux besoins croissants de la population mondiale.

Selon l’étude, la culture du riz est un des responsables des émissions de gaz à effet de serre, source du réchauffement. Elle émet principalement du méthane (40% des émissions) et de l’oxyde d’azote (50%), des gaz au pouvoir respectivement 30 fois et 300 fois plus réchauffant que le CO2. Les rizières sont responsables de près de 17% des émissions mondiales de méthane, selon l’étude.

« Le SUSIBA2 est le premier riz à basse émission de méthane et pourrait offrir une solution durable au problème », avance l’étude.

 

© AFP

9 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Royal Lopin

    à cogiter :
    L’Agriculture Nouvelle: le Paysan libéré
    « Tout avance à grands pas :
    La conversion de l’agriculture sous domination d’État et multinationales à l’Agriculture : le Paysan libéré.
    Il n’y a pas à attendre. C’est comme pour la Grèce, il faut () revenir à la production locale, aux graines locales, aux semis du Pays et rien d’autre, plus aucun engrais chimique.
    Déjà toute l’étude de rentabilité de l’agriculture traditionnelle naturelle et de sa bonne santé : le retour au bio, est démontrée mais il faut que tous fassent de même.
    C’est un fait, une vérité, qu’isoler une culture bio au milieu des pesticides ne sert à rien pour l’appellation bio. Nous sommes d’accord.
    La seule solution : UNITE – SOLIDARITE
    Du jour au lendemain : tout miser sur la vie saine, la Vie Juste, et ne rien commander aux céréaliers*, aux multinationales en pesticides et semences trafiquées.
    *(parce que les céréaliers ont leur propre réseau de semences trafiquées)
    Ce n’est pas un acte isolé qui est résistance au système, mais c’est toute la profession en même temps qui décide de faire barrage à l’imposition du pouvoir de l’argent, de la corruption, du système qui profite aux riches et non à ceux qui cultivent la terre, qui ont mission de nourrir le Peuple.
    Le drame de la France vient du manque d’Unité du Peuple dans son ensemble et des Paysans dans leur isolement.
    Il n’y a pas deux agricultures, il n’y en a qu’une : celle que vos parents et grands-parents pratiquaient.
    Ce n’est pas en voulant « produire plus » que l’on produit bien et durablement. Vous l’avez expérimenté, vous savez ce qu’est l’esprit de Résistance dans la filière bio et vous-mêmes êtes acculés à la déchéance par volonté organisée des profiteurs de tuer la Véritable Agriculture de la France.
    Il est possible de remédier à cela. Il est urgent de vous unir pour défendre ce qui a fait la fierté des vôtres et qui fera celle de vos enfants : le retour à la Raison.
    Il n’y a qu’une voie : fédérer la Résistance au système mafieux partout présent jusque dans les rangs du gouvernement, et décider par vous-mêmes. …
    Pour en revenir aux multinationales et pressions du gouvernement et système :
    Il faut repenser le lien à la Terre sans attache avec le passé récent : tout ce qui vous lie, vous corrompt, vous emprisonne.
    Refusez tout net tout arrangement et concession.
    Restez solidement unis, défendez-vous contre l’adversité.
    N’achetez plus rien qui soit polluant !
    Nous savons que, du jour au lendemain, tous auront du mal à agir ensemble, mais n’ayant plus rien à perdre, beaucoup s’engageront dans cette voie.
    C’est la dissidence jusqu’à ce que des mesures concrètes de l’État – et Nous sommes déjà dans le Collectif de la France – soient édictées pour défendre les Paysans.
    Parce que vous serez unis solidement comme les doigts d’une main, vous ferez face : ne donnant plus rien à personne, jusqu’à la satisfaction des nouvelles lois.
    Arrêter totalement les polluants – engrais – pesticides et semis transgéniques : est la seule solution pour couper court au marché des multinationales.
    La Résistance : tous pour 1 – 1 pour tous, est couronnée à coup sûr de succès parce que personne ne peut lutter contre un bloc soudé dans sa Volonté de Changement.
    C’est votre Chance. Vous êtes obligés de lutter contre un système mafieux qui ne fera que se nourrir de vous, vous écraser et jamais vous aider. Vous le vivez et ce n’est pas fini.
    « Le miracle » viendra de votre Unité à lutter contre l’injuste, le faux, le poison. Ensuite « l’énergie libre » dont on vous parle tant, …
    Il faut d’abord engager la Résistance à tout ce qui fait la destruction de la Terre. Quand on ne donne plus d’argent, il n’y a plus intérêt à poursuivre. Et vous serez libérés des chantages, menaces et dépossessions de vos biens.
    Et ne comptez pas sur le gouvernement actuel pour vous aider ! Ils sont payés pour vous soumettre aux multinationales.
    C’est votre avenir qui est en jeu, celui de vos enfants.
    C’est l’avenir de la France et du monde. » Clefsdufutur-22.07.2015-

    • davidF

    Connerie! Ils jouent encore aux apprentis sorciers. Ce truc c’est de la merde.

      • JD

      Des gens devaient dire la même chose quand on a découvert le feu.

    • therese Delfel

    C’est navrant que GoodPlanet, dans le sillage de la revue « Nature » (de quelle nature elle parle, là? , ferait peut-être bien de se renommer « manipulations »), fasse preuve d’aussi peu de discernement ! OGM signifie par définition, manipulation génétique, aux mains de consortiums qui ont des dizaines de milliers de vies sur la conscience justement pour avoir mené les paysans du Sud et notamment de l’Inde, à la ruine en brevetant ce qui leur appartenait à force de travail et de savoir-faire sur plusieurs générations ! Faire passer un OGM pour une « avancée », il faut oser, surtout quand on s’appelle GoodPlanet (ou Nature, du coup). Bon sang, Good Planet fait des choses exceptionnelles, et je ne parle pas seulement des films de Y.A.B., pourquoi n’êtes vous pas capables d’un peu d’esprit critique dans les infos que vous diffusez ? Oui, les deux commentaires précédents le confirment (et bravo à Royal Lopin !), retour aux semences absolument saines et pas trafiquées qui se resèment depuis la nuit des temps, et arrêtons complètement de nourrir l’ogre-multinationales et de lui faire des courbettes en nous prosternant devant ses « inventions » qui ne sont qu’un détournement du vivant, jusqu’à preuve du contraire, un bien commun universel et non monnayable ! Ou vous avez payé, vous, pour entrer dans la vie ? Non, nous tou(te)s, nous l’avons eue en héritage, l’air, l’eau, les sols et tout ce qu’ils portent depuis des dizaines de milliers d’années sur un support vieux de plusieurs milliards d’années.

      • trafic

      Votre intervention est factuellement fausse… et moralement abjecte.
      Fausse votre référence aux multinationales: l’OGM dont il est question ici vient de l' »Université suédoise des sciences agricoles ».
      Fausse cette histoire de paysans indiens ruinés: l’OGM en question est cette fois est le coton Bt et il est tellement ruineux que 90% des paysans indiens producteurs de coton l’ont adopté.
      Fausse votre conception de l’agriculture, qui serait de la nature et qui remonterait à la nuit des temps: l’agriculture, c’est au contraire de la culture, c’est une invention de l’homme et on peut en situer l’origine à -10000 ans.
      Fausse votre conception de la nature, qui serait bienveillante et dont il suffirait de profiter des bienfaits: la nature est darwinienne et est parfaitement indifférente au sort des humains.
      Abjecte votre façon de vouloir imposer une solution, le fameux « retour aux semences absolument saines et pas trafiquées » en récusant cette autre solution que sont les biotechnologies: quand on affirme être soucieux du sort des paysans du sud, on prend soin de s’assurer que la solution que l’on propose marche (et la longue succession de famines qu’a été l’histoire de l’humanité tend à prouver que ça marche pas si bien que ça) avant de vouloir éliminer les autres.

    • wokwain

    La protection de l’environnement passe par le respect de l’environnement, pas son bricolage. Quand à ce 17% des émissions mondiales de méthane, je pense que cette étude est clairement fausse et tente juste de justifier le projet.

    • Francis

    Que ceux qui n’ont que des discours religieux et de l’idéologie à proposer se mettent eux-mêmes à faire de l’agriculture biologique » naturelle »,sans semences » trafiquées »,etc. Ils verront que c’est plus facile de faire marcher leur langue que leurs bras.
    Un jour,au cours d’une formation à la bio que je suivais,le botaniste Gérard Ducerf (qui a écrit le livre « les plantes bio-indicatrices ») m’a déclaré= quand on fait de la bio,il faut être prêt, certaines années, à ne rien récolter !!! On ne peut pourtant pas le soupçonner de complaisance avec la « mafia » scientifico-industrielle.
    La nature n’est généreuse que quand elle le veut bien.Bien sûr que la science officielle et le complexe coopérativo-industriel ont fait énormément de conneries.Mais ce n’est pas une raison pour jeter le bébé avec l’eau du bain. Il faut se rappeler les discours de tout ceux qui,au 19 ième siècle,s’opposaient au chemin de fer. Vous voulez revenir aux diligences avec attelage de chevaux ? Mais les chevaux pètent en émettant du méthane dans l’atmosphère ! Et pour les nourrir,il faut des surfaces agricoles soustraites de ce fait à l’alimentation humaine.
    La création de ce riz est une bonne nouvelle,et la fondation GP a raison de l’annoncer.
    Je répète pour la Nième fois que les oxydes d’azote sont des molécules instables qui ne s’accumulent pas dans l’atmosphère et donc ne sont pas des gaz à effet de serre.

    • therese.delfel@yahoo.fr

    Mais alors pourquoi les détenteurs de brevets sur le vivant ont-ils besoin de brevets pour commencer, si c’est dans un esprit de « bienfaiteurs » de l’humanité ? Pourquoi est ce que ces multinationales sont assises sur des milliards de dollars tandis qu’une partie de l’humanité continue à mourir de faim ? Depuis le temps qu’ils bricolent, ils n’ont pas encore réussi à éradiquer la faim ? Pas très malins … ou au contraire, assez malins pour s’approprier ce qui peut rapporter gros et surtout la capacité à décider en lieu et place des populations, sur des terres dont ils les ont chassées et qu’ils s’accaparent au mépris des droits fondamentaux ? Oui, l’agriculture est une culture, qui n’a pas bricolé le vivant, mais peut-être commencé à signer l’appropriation maladive de toujours plus. Avez-vous conscience que « avides » signifie « à vides » = vides à l’intérieur au point de nécessiter un entassement de biens extérieurs et surtout de dollars, et que l’avidité des multinationales est depuis longtemps, le plus grand fléau de l’humanité ? Big Ag, génère Big Pharma, eux-mêmes au carburant Big Oil sans parler de Big Ignorance qui les encense. Faire croire que la manipulation génétique serait un futur viable, c’est aussi absurde que faire croire que le réchauffement climatique va nous apporter le bonheur des Tropiques jusqu’en Sibérie ! PS Justement, je suis en production de nourriture bio, avec les mains dans la terre au quotidien …

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article