Déchets radioactifs: 1,5 million de m3 en France, le triple vers 2080

déchets radioactifs

Un conteneur de matière hautement radioactive arrive au centre de traitement des déchets nucléaires d'Areva à Beaumont-Hague (Manche), le 29 mars 2013 © AFP/Archives Charly Triballeau

Paris (AFP) – La France compte actuellement 1,5 million de m3 de déchets radioactifs et ce chiffre devrait tripler à l’horizon 2080 lorsque toutes les installations actuelles auront terminé leur vie, selon l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra).

Aux alentours de cette date, la France devrait compter 4,3 millions de m3 de déchets nucléaires. Ces prévisions à l’échéance de la fin de vie du parc nucléaire actuel, incluent l’EPR, le réacteur de troisième génération en construction à Flamanville dans la Manche.

« Sur ce total, 4,1 millions seront des déchets de +très faible activité+ (TFA) et de +faible et moyenne activité à vie courte+ (FMA-VC) dont la majorité viendront du démantèlement des installations nucléaires », précise à l’AFP Michèle Tallec, de l’Andra.

Dans son inventaire triennal rendu public mercredi, cet établissement public a répertorié précisément 1,46 million de mètres cube de stocks de déchets radioactifs en tous genres sur le territoire français, au 31 décembre 2013, contre 1,32 million à fin décembre 2010.

Entre ces deux dates, 140.000 m3 de déchets radioactifs ont été produits. « Cette augmentation de volume est conforme aux prévisions et est due à la production courante des différents secteurs qui utilisent la radioactivité », indique Mme Tallec, responsable du service de l’inventaire.

Soixante pour cent de ces déchets proviennent du secteur électronucléaire, 27% de la recherche, 9% de la défense, 3% de l’industrie non nucléaire et 1% du secteur médical.

En France, la production de déchets radioactifs représente l’équivalent de 2 kg par an et par habitant, rappelle Mme Tallec.

L’inventaire est un outil de gestion et un moyen d’anticiper les besoins de stockage pour l’avenir mais aussi une source d’informations pour le public, souligne l’Andra.

Le rapport sera disponible sur un nouveau site dédié (inventaire.andra.fr) à compter du 8 juillet, « dans un souci de transparence », précise Mme Tallec.

Les déchets radioactifs sont de nature très diverse et ne présentent pas tous les mêmes risques.

Les plus dangereux, les déchets de haute activité (HA), représentent 0,2% du volume (3.200 m3 fin 2013) mais près de 98% de la radioactivité. Ils sont issus pour l’essentiel du traitement des combustibles usés dans les réacteurs nucléaires français.

Les déchets radioactifs de moyenne activité à vie longue (MA-VL) représentent 3% des volumes (44.000 m3) et 2% de la radioactivité. Ils sont notamment issus des gaines entourant les combustibles nucléaires.

Les déchets HA et MA-VL ont vocation à être enfouis à grande profondeur à Bure (Meuse) dans le Centre industriel de stockage géologique (Cigéo) actuellement étudié par l’Andra. La demande d’autorisation pour ce projet controversé sera soumise en 2017 à l’Agence de Sûreté nucléaire (ASN).

En attendant, ils sont entreposés sur les sites où les colis de déchets sont produits, à La Hague (Manche) et Marcoule (Gard).

A l’horizon 2080, les déchets HA et MA-VL représenteront environ 80.000 m3 « dont quasiment un tiers sont déjà produits », souligne l’organisme.

L’inventaire confirme également l’important volume de déchets qui proviendra du démantèlement des installations nucléaires après 2020. Ces déchets sont, pour la très grande majorité d’entre eux, de très faible activité et de faible et moyenne activité à vie courte.

« Il faut optimiser la gestion de ces déchets », souligne Mme Tallec car les centres de stockage de l’Andra dans l’Aube risquent d’être saturés. « Toute la chaîne doit se mobiliser ». En gros il faudra notamment faire du « tri sélectif » pour limiter les volumes de déchets radioactifs.

L’Andra a également étudié deux scénarios pour les déchets selon ce que sera la politique énergétique française dans quelques décennies.

Le premier, qui se base sur la poursuite de la production thermonucléaire et le traitement des combustibles usés, « sous-entend le déploiement d’un nouveau parc de réacteurs » car il faudra utiliser les matières issues du retraitement, considère l’agence.

Le second, qui étudie les conséquences de l’arrêt du nucléaire, impliquerait notamment que les combustibles usés soient alors stockés en profondeur dans le centre Cigéo.

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Oskar Lafontaine

    Venant de l’Andra, une des multiples tentacules du lobby multi-facettes immonde et criminel du nucléaire français, ces chiffres sont tous à priori contestables car forcément minorés. Qui sait par exemple que des déchets nucléaires français, au mépris des accords internationaux signés et ratifiés, se retrouveraient mystérieusement, en fait abandonnés, jusqu’en Sibérie ?
    L’expression de « déchets de faible activité », avec cette ridicule différence entre faible et très faible activité, ne doit pas faire illusion ni induire en erreur. C’est l’Andra, ou un autre organisme membre du lobby du nucléaire et payé par les « autorités », ce ramassis immonde de nullités intégrales à base d’énarques, qui ne connaissent ni ne comprennent strictement rien à la technologie en général et à la technologie nucléaire en particulier, gobant ainsi n’importe quelle prétention de ce lobby infect, comme les autres lobbys d’ailleurs, qui les qualifie ainsi, mais la réalité médicale de vivre à côté de ces matières d’abord chimiquement mortelles puisqu’il s’agit de métaux lourds, et en prime radioactives, ne fait l’objet que d’études médicales commandées par les « autorités » officielles du nucléaire, et, comme, « qui paye commande » on peut et on doit douter sérieusement de l’objectivité scientifique, voire médicale, d’organismes qui vivent du nucléaire et en tirent un certain prestige, mais qui sont d’abord fondamentalement juges et parties. Donc ils voient midi à leur porte, et, plus grave, pour eux la « vérité » nucléaire notamment, ne peut être que relative, ou si vous préférez, « à géométrie variable ».
    Retenons quil n’y a pas, en l’état actuel de nos connaissance de physique fondamentale des moyens crédibles et économiquement supportables de réduire sensiblement la période des radio-éléments, qui vont donc demeurer radiologiquement mortels pendant des millions d’années et chimiquement tueurs pour l’éternité, et l’éternité c’est long, surtout à la fin ….

Dorothée Moisan, auteure des Plastiqueurs, enquête sur les industriels qui nous empoissonnent : « Je dénonce le discours de l’industrie du plastique qui affirme que le recyclage fonctionne »

Lire l'article

Des start-up de véhicules électriques célébrées à Wall Street face à une route semée d'embûches

Lire l'article