Au Vietnam, sauvetage d’ours exploités pour leur bile

ours bile

Un ours asiatique captif dans une ferme à Quang Yen, dans le nord-est du Vietnam, le 23 juin 2015 © AFP HOANG DINH NAM

Quang Ninh (Vietnam) (AFP) – Sept ours asiatiques ont été extraits d’une ferme au Vietnam où ils étaient exploités pour leur bile, a-t-on appris auprès d’une organisation de protection des animaux, alors que le pays intensifie les opérations pour mettre fin à ce commerce illégal.

[Pour en savoir plus sur ce sujet, lire aussi notre article  En finir avec les fermes de bile d’ours]

Les ours, dont la chasse, le trafic et l’élevage sont interdits dans le pays communiste, peuvent légalement être utilisés comme animaux de compagnie. Une faille utilisée par des fermes illicites qui produisent de la bile d’ours, utilisée dans la confection de produits de médecine traditionnelle et très demandée dans la région.

Les ours ont été découverts dans la province côtière de Quang Ninh dans la semaine. D’après l’association Animals Asia, ils étaient en très mauvaise santé, avec des membres manquants ou mutilés après avoir été confinés dans de petites cages.

Ces ours ont depuis été transférés dans un centre de secours de l’organisation près de Hanoi.

« Cette semaine devrait marquer la fin des fermes d’ours dans la province de Quang Ninh », a déclaré Tuan Bendixsen, directeur de l’organisation Animal Asia, ajoutant que sept autres ours seront extraits de la ferme dans les jours qui viennent.

Au cours des dernières années, des centaines sont morts en raison des mauvais traitements – les animaux sont régulièrement drogués et immobilisés dans d’étroites cages, l’abdomen perforé par un cathéter ou une fistule reliés à leur vésicule biliaire.

Dans tout le pays, quelque 1.245 ours sont toujours en captivité, estime le ministère de l’Agriculture.

Le Vietnam est devenu une destination de choix pour les personnes qui cherchent à consommer des espèces rares ainsi que du vin et des médicaments à partir d’animaux considérés comme ayant des propriétés curatives ou aphrodisiaques.

Le pays communiste a signé des traités contre le commerce des animaux mais l’application reste inégale, en partie à cause de la corruption.

 

© AFP

5 commentaires

Ecrire un commentaire

    • joyeux

    Quelle bonne nouvelle que ce pays réagisse!Merci pour les ours ;J en dormirai un peu mieux!

    • f pm

    La corruption est une maladie exclusivement humaine, contagieuse, chronique, mais qui, hélas, ne tue pas ceux qui en sont atteints.

  • bonjour , merci a Joyeux & a f pm je soutient votre commentaire , bravo a vous

  • L’humain est vraiment capable du pire, non pas par obligation, non pas pour des questions de vie ou de mort, mais bien par vanité , par égoïsme. Honte à notre espèce ! Il faut mettre la pression à tous les responsables politiques, dans tous nos pays, pour sauver ce qui peut encore l’être .
    Merci à GOOD PLANET pour toutes ces informations et partages, qui nous ouvrent les yeux.

    • nathy

    L’espèce humaine est réellement une espèce parasite sur terre : elle est la seule qui prend tout et n’apporte rien et qui détruit mais ne crée rien pour la nature.
    En plus, c’est sans aucun doute la seule espèce à entretenir des croyances débiles, fondées sur d’autres idées tout autant imaginaires et dévastatrices (religions, sectes, cultures…) comme quoi consommer des animaux ou une partie des autres créatures la protégera de tous les maux qu’elle s’invente. Si l’espèce humaine appartient au règne animal, elle en est une erreur grossière, plus bestiale que ses cousins non humains.
    Ours, tigres, paient le prix fort du spécisme humain, alors qu’ils ne nuisent à personne…

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article