Incendies en Australie, suivez la situation

Réacteur EPR de Flamanville: défauts détectés, mais le chantier se poursuit

EPR

Un ouvrier devant le chantier du nouveau réacteur EPR de Flamanville (Manche), le 19 février 2014 © AFP/Archives CHARLY TRIBALLEAU

Flamanville (France) (AFP) – De nouveaux défauts de soudures ont été détectés sur le réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville (Manche), mais le chantier se poursuit « à plein régime », a annoncé vendredi EDF désormais discret sur la date de démarrage du réacteur.

« On a malheureusement détecté des défauts sur trois des vingt-quatre soudures (de 10 cm d’épaisseur chacune) du circuit primaire », a déclaré le directeur du chantier Antoine Ménager lors d’une présentation de l’avancée du chantier à des élus à Flamanville.

« Comme d’habitude, on va faire ce qu’il faut pour réparer complètement le défaut », a ajouté l’ingénieur EDF qui, pour la première fois lors de ces présentations, n’a cité aucune date de démarrage.

Interrogé par des journalistes, M. Ménager a répondu qu’il ne pouvait en dire plus que sa direction. Le PDG d’EDF Jean-Bernard Lévy avait indiqué le 19 mai sur Europe 1 qu’il « espérait » un lancement en 2017, date à laquelle EDF a officiellement repoussé le démarrage, en novembre.

L’EPR démarrera-t-il un jour? « J’en ai la conviction absolue et totale », a répondu M. Ménager.

Concernant la cuve, sur laquelle l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a annoncé des anomalies « sérieuses » en avril, M. Ménager a précisé que les gros composants du type générateurs de vapeurs « ont été soudés » autour d’elle ces derniers mois.

En avril, Greenpeace avait estimé « irremplaçable » la cuve de l’EPR. Mais l’IRSN (institut de sûreté nucléaire) avait estimé le contraire le lendemain, « hormis les questions économiques ».

M. Ménager a aussi refusé d’évoquer les défauts sur les soupapes du réacteur, qui ne sont pas encore sur le chantier, pour lesquelles l’IRSN a pointé début juin des « difficultés » de fonctionnement.

M. Ménager a rappelé que sur ces sujets, le dialogue était en cours entre les industriels et les autorités nucléaires.

Les nouveaux problèmes de soudures devraient eux être résolus dans un temps comparable à celui qui avait été nécessaire pour un précédent défaut de soudure annoncé l’automne dernier qui avait pris « quatre mois ». Ces défauts de soudures « ne bloquent pas le chantier », selon M. Ménager.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Archibald

    On ferait bien de s’en soucier :

    « Les centrales nucléaires en France et dans le monde.
    Il faudra Réparer et protéger ce qui doit l’être. Certains devront se sacrifier pour agir, entretenir la sécurité. Mais à terme, il faut les stopper. Le matériel vieillissant est une épée de Damoclès. Oui, il faut débrancher les réacteurs, les mettre tous à l’arrêt. Il n’y a pas d’autre solution. Ce sont déjà des zones de non-droit : impossible à vivre, vu leur potentiel dangereux. La France a du souci à se faire et elle n’est pas la seule. En clair : arrêter toutes les centrales et vivre avec moins.
    AREVA : c’est le démantèlement de la France. Il est temps que tout s’arrête. … Nous voyons le terme arriver avec soulagement ! Le Grand Nettoyage aura raison de la folie des hommes »Clefsdufutur-07.06.2015-

    « Il n’y a plus rien à dire. Tout va à l’explosion, à la catastrophe générale, à la guerre voulue par les US-isr-isla. Ils savent leur dernière heure arrivée et le manque d’Unité du monde donne ce résultat : l’obligation du Changement dans des conditions épouvantables. » Clefsdufutur-07.06.2015-

    « Le Réveil de la France est en route. Tout cela tient à un fil : l’explosion générale. La France ne passera pas à côté d’un profond remaniement. Toutes ses institutions qui, sans être mises à terre, devront faire le grand ménage dans les fonctions occupées par la fausseté et les hommes corrompus. Il y a beaucoup à faire et très vite. Tout devra être résolu en 3 mois, du Solstice à l’Équinoxe. » Clefsdufutur-07.06.2015- (Solstice de juin dimanche 21 juin 2015 à 18h37. Équinoxe de septembre mercredi 23 septembre 2015 à 10h20)

    • Oskar Lafontaine

    Que de travail, que d’argent dépensé et pour rien !
    La technologie est une chose, les réalités financières, une autre, et ce sont pourtant toujours elles qui décident en dernier recours. Or ces réalités financières condamnent l’EPR, qui devrait être rebaptisé « European Pathetic reactor » au lieu de « European Pressurised Reactor », son nom officiel pourtant, ces réalités financières, le condamnent en effet, à l’échec peu glorieux.
    De même que la « ligne Maginot » fut une monstrueuse et coûteuse aberration de béton coulé pour rien, de milliards jetés dans des trous à la campagne, les armées d’Hitler l’ayant tout simplement contournée, de même le photovoltaïque, plus vite en service, pour bien moins cher et sans risques apocalyptiques, ni de moindre envergure, contourne le nucléaire de papa et envoie le concept même de réacteur nucléaire, au musée des technologies, section des aberrations pathologiques du raisonnement humain.Une sorte de nouvelle « Tour de Babel ».
    Plus de 4000 ouvriers, beaucoup venus d’hors des frontières, bonjour l’indépendance nationale si chère à De Gaulle, sont venus profiter jusqu’à Flamanville, tout à l’Ouest de l’Europe, d’un travail offert par les délires de nos technocrates de ministères, nucléocratinisés à mort. Ils s’y croisent et s’y bousculent, à l’étroit sur ce chantier fou, sommet indépassable de l’absurdité française.
    Plus l’erreur est manifeste, et plus nos technocrateux de nucléocrateux en chambre s’acharnent, plus l’argent se fait rare et plus ils le jettent par les fenêtres ministérielles dans leur délire de neutrons déchaînés. Reconnaître humblement s’être trompés,.ils n’y songent pas une seule seconde et ils sombreront dans le ridicule des livres d’histoire des siècles futurs, comme le bon roi d’Agobert qui mit sa culotte à l’envers.