Royal demande aux jardineries de ne plus vendre en libre service le Roundup de Monsanto


Des manifestants anti-Monsanto, le 23 mai 2015 à Toulouse © AFP/Archives Remy Gabalda

Paris (AFP) – La ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, a annoncé dimanche sur France 3 l’interdiction de la vente en libre service dans les jardineries du désherbant vedette de Monsanto, le Roundup, afin de lutter contre les effets néfastes des pesticides.

« La France doit être à l’offensive sur l’arrêt des pesticides », a déclaré la ministre.

« Elle doit être aussi à l’offensive sur l’arrêt des pesticides dans les jardins et je vous annonce que j’ai demandé aux jardineries d’arrêter de mettre en vente libre le Roundup de Monsanto », le géant américain des semences et de l’agrochimie, a-t-elle dit.

Le Roundup avait été remis au centre de l’actualité après le classement en mars du glyphosate, son principe actif, comme cancérogène « probable chez l’homme », même si les « preuves sont limitées », par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

Dans un communiqué transmis à l’AFP, le groupe Monsanto explique ne pas avoir à ce stade « d’information réglementaire concernant une évolution de l’autorisation de mise sur le marché du désherbant Roundup ».

Il juge qu' »absolument aucune nouvelle donnée scientifique récente ne permet de remettre en cause cette autorisation » et estime que « dans les conditions recommandées d’utilisation figurant sur l’étiquette, le produit ne présente pas de risque particulier pour l’utilisateur ».

Monsanto précise enfin qu’il continue « à travailler activement avec les autorités compétentes pour assurer la ré-homologation décennale européenne du glyphosate ».

« Si l’interdiction de la vente aux particuliers des pesticides type Roundup était anticipée, par la loi ou par des accords volontaires, ce serait évidemment un bon signal », indique de son côté à l’AFP Matthie Orphelin, porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot.

Quant à elle, la Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés (Fnath) a salué cette décision dans un communiqué, rappelant qu’elle «  »accompagne les victimes de ces produits ».

« S’il est évidemment indispensable de renforcer l’information dans les jardineries pour les amateurs, c’est également l’utilisation des pesticides en milieu professionnel sur lequel il convient de travailler pour éviter le développement de maladies professionnelles », écrit la Fnath.

Cette annonce de Ségolène Royal intervient alors que l’association de consommateurs CLCV avait interpellé en début de semaine les agences sanitaires françaises et européennes et le ministre de l’Agriculture sur le glyphosate, demandant notamment qu’il ne soit plus vendu en libre service aux jardiniers amateurs.

Dans la foulée, Ségolène Royal et le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll avaient indiqué dans un communiqué jeudi qu’à compter du 1er janvier 2018, l’accès aux produits phytosanitaires pour les jardiniers amateurs ne pourra se faire que « par l’intermédiaire d’un vendeur certifié ».

« L’acheteur amateur bénéficiera ainsi d’un conseil renforcé systématique lors de la vente de ces produits avec une information sur les interdictions à venir et les alternatives », selon ce communiqué.

Stéphane Le Foll avait toutefois indiqué auparavant ne pas vouloir interdire le glyphosate, l’herbicide le plus utilisé en France.

© AFP

 

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Oskar Lafontaine

    Il est clair que le Roundup est un poison subtil et très dangereux qui s’attaque aux animaux comme aux hommes. Madame Royal en faisant cette annonce ne fait que s’inscrire dans des préoccupations européennes actuelles sur ce problème. Dans l’hebdomadaire allemand der Spiegel N° 24 du 6 juin on trouvait déjà tout un article bien documenté, faisait le point des connaissances actuelles sur ce produit, des pages 118 à 122, rubrique « Sciences », avec références aux travaux du danois Pedersen et du toxicologue français Séralini, bête noire, mais qui est dans le vrai, de l’immonde et criminel lobby des OGM. Retenons juste cette phrase, page 120, 2° colonne en haut dans cet article « Maintenant les signes se multiplient que le glyphosate peut porter tort aux animaux et aux hommes ».
    Donc Madame Royal, ne fait là que son travail de ministre de l’écologie et il faut l’en remercier.

    • Georges Cingal

    Ce n’est qu’un début ! Continuons le combat !

    L’évaporation de biocides ou leur pollution des terres et des eaux mérite une réflexion globale, et des décisions qui devront marquer une véritable conversion en faveur de la vie et de la durabilité des écosystème

    Georges Cingal
    Militant associatif (SEPANSO, SEPANSO, BEE …)

    • Moâ

    Bonne nouvelle, en espérant que ce ne soit que le début d’une véritable politique de diminution de l’utilisation des pesticides (les français étant champions en la matière) et non juste une mesurette pour faire bien.

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article