Afrique du Sud: la France accusée par des manifestants de soutien aux énergies polluantes

afrique du sud
Des manifestants critiquent l'entreprise française Engie (ex GDF Suez) qui utilise du charbon en Afrique du Sud, le 15 mai 2015 à Johannesbourg. c AFP
Des manifestants critiquent l'entreprise française Engie (ex GDF Suez) qui utilise du charbon en Afrique du Sud, le 15 mai 2015 à Johannesbourg c AFP

Johannesburg (AFP) – Plusieurs centaines de personnes ont manifesté vendredi à Johannesburg, accusant la France de soutien à la filière charbon en Afrique du Sud, qui assure près de 90% de la production d’électricité locale bien que très polluante, a constaté l’AFP.

Les manifestants, à l’appel de l’ONG Earthlife Africa, se sont rassemblés près du consulat de France à Johannesburg, dénonçant en particulier la construction par le groupe français Engie (ex-GDF Suez) d’une centrale à charbon de 600 MW dans le nord du pays.

En 2013 en Afrique du Sud, le président français François Hollande avait salué ce contrat d’une valeur annoncée de 1,5 milliard d’euros.

La centrale a été commandée par la firme sud-africaine Exxaro Ressources qui a creusé à proximité une nouvelle mine à ciel ouvert où elle prévoit d’extraire près de 20 millions de tonnes de charbon par an à partir de 2015 pour alimenter Thabametsi et d’autres centrales.

« La centrale de Thabametsi est une bombe climatique pour l’Afrique du Sud », a critiqué le secrétaire d’Earthlife Africa, Dominique Doyle, dans un communiqué.

« C’est le signe que la France ne prend pas au sérieux les efforts contre le changement climatique dans le monde », a-t-il ajouté, alors que Paris accueillera la prochaine conférence internationale sur le climat en décembre.

La centrale de Thabametsi est loin d’être la plus grande en projet en Afrique du Sud.

Deux super-centrales à charbon sont en cours de construction à Medupi et Kusile (est) chacune d’une puissance de 4.800 MW et dont le raccordement est attendu avec impatience dans les prochaines années par les Sud-Africains.

Le réseau électrique sud-africain sature en permanence, provoquant des coupures de courant à répétition.

Selon une étude publiée en 2014 par l’ONG Greenpeace, la pollution de l’air liée aux émissions des centrales de la compagnie publique Eskom –pour la plupart au charbon– cause environ 2.200 décès prématurés par an en Afrique du Sud.

Or, en raisons de ses difficultés financières, Eskom vient d’être autorisée à continuer à déroger aux normes limites d’émissions polluantes que la compagnie aurait dû respecter à partir d’avril.

Outre le charbon, l’Afrique du Sud compte aussi une centrale nucléaire, mis en service dans les années 1980 par des firmes françaises, aujourd’hui candidates à l’extension du parc nucléaire.

Le pays investit également dans le solaire, avec la France également comme partenaire, et l’éolien, faisant feu de tout bois pour trouver les mégawatts dont son économie manque cruellement.

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Oskar Lafontaine

    En France il est habituel et de bon ton de critiquer l’Allemagne qui utilise charbon et lignite, mais que fait la France, par GDF Suez (Engie) interposé, en Afrique du Sud ? L’Allemagne au moins ne se construit plus de centrales au charbon et même en ferme, ainsi que d’autres au gaz et pour des capacités énormes, intégralement remplacées, et au-delà, par des renouvelables, au point d’être depuis des années en surproduction électrique et d’être ainsi devenue le « château d’eau électrique » de l’Europe, selon l’expression d’un journaliste économique, Thibaud Madelin du journal, Les Echos.
    De plus tenter de refiler, comme Poutine d’ailleurs,qui n’en a même pas les moyens financiers et industriels, des centrales nucléaires à l’Afrique du Sud, qui est dans l’urgence,, quand on arrive même pas à en terminer une seule chez nous à Flamenville, en dix ans, est équivalent, d’abord à une tentative d’escroquerie et plus fondamentalement encore, à un crime contre la biosphère en général et l’Humanité en particulier.
    La France,aggravant son cas grave, pour protéger son ignoble nucléaire, a raté le train des énergies renouvelables, ayant même carrément refusé de l’emprunter, et l’ayant de plus comparé à un teuf-teuf asthmatique, dévoreur acharné de subventions alors que c’était clairement « la » solution et la seule.
    C’est pourtant uniquement du côté des renouvelables en général et du solaire photovoltaïque en particulier que l’Afrique du Sud trouvera la solution à ses problèmes électriques.
    Ce sont des usines à panneaux solaires et maintenant, en plus, des usines à accumulateurs qu’il convient de construire sur le continent africain, et pas des technologies dépassées comme le charbon et le nucléaire.

Russie : cinq morts sur le mont Elbrouz après une violente tempête

Lire l'article

Réchauffement climatique : la crue centennale, menace grandissante pour Paris

Lire l'article