Pesticides: Greenpeace publie un plaidoyer en faveur de l’agriculture biologique

greenpeace
Un agriculteur répand des pesticides sur un champ à Godewaersvelde, dans le nord de la France, le 11 juin 2013 © AFP/Archives Philippe Huguen
Un agriculteur répand des pesticides sur un champ à Godewaersvelde, dans le nord de la France, le 11 juin 2013 © AFP/Archives Philippe Huguen

Paris (AFP) – L’ONG Greenpeace International plaide en faveur de l’interdiction progressive des pesticides chimiques de synthèse et de la généralisation des pratiques agroécologiques, en conclusion d’un rapport publié mardi résumant les conséquences sur la santé de l’exposition aux pesticides.

« Les conclusions sont claires: personne n’échappe à l’exposition aux pesticides, mais les agriculteurs et leurs familles font partie des populations les plus exposées à des risques de pathologies graves », écrit l’organisation dans un communiqué.

« Il est honteux que ceux qui nous  nourrissent souffrent autant de l’usage intensif des pesticides », juge Suzanne Dalle de Greenpeace France, en appelant à « désintoxiquer notre modèle agricole » et « à donner les moyens aux agriculteurs de mettre en place des alternatives ».

Dans son rapport intitulé « Santé: les pesticides sèment le trouble », l’ONG revient sur le constat déjà effectué par des instituts de recherche, et notamment l’Institut français de la santé et de la recherche médicale (Inserm) dans une vaste expertise publiée en 2013.

« L’exposition à certains pesticides représente un facteur de risque supplémentaire non négligeable de contracter de nombreuses maladies chroniques, y compris différentes formes de cancers et de maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson et celle d’Alzheimer, et de développer des malformations congénitales », rappelle le rapport.

« Il existe également un solide faisceau de preuves selon lesquelles l’exposition aux pesticides serait associée à l’affaiblissement du système immunitaire et à des déséquilibres hormonaux », souligne l’ONG selon laquelle « les associations statistiques entre l’exposition à certains pesticides et l’incidence de certaines maladies sont irréfutables et ne doivent pas être ignorées ».

© AFP
Des apiculteurs manifestent dans les rues de Perpignan le 7 juin 2014 pour dénoncer le taux de mortalité élevé des abeilles empoisonnées par les pesticides
© AFP/Archives Raymond Roig

En plus des agriculteurs, le rapport met l’accent sur l’impact sur les foetus, lorsque les femmes enceintes sont exposées, et les jeunes enfants, plus vulnérables.

Parmi les effets possibles enregistrés sur les enfants exposés figurent un poids et une taille réduits, un quotient intellectuel plus faible, des modifications de comportement, des leucémies plus fréquentes. Les femmes exposées sont plus sujettes aux fausses couches.

« Les stratégies impliquant une simple réduction de l’utilisation de certains pesticides ne suffiront pas pour protéger la santé humaine », conclut l’ONG en plaidant pour un passage à « une agriculture écologique ».

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Bouba

    J’ai des champs autour de chez moi, les agriculteurs utilisent des pesticides plusieurs fois dans l’année, moi je suis malade à cause de ça, c’est très grave !
    Mon chien aussi a eu des ennuis de santé à cause de ça !
    De plus, les habitations sont à côtés, c’est scandaleux !
    Maintenant, ils brûlent leurs herbes des champs au désherbant, l’herbe est ensuite orange, ils remuent la terre, et ils sèment ensuite !

    Quand allons-nous interdire ces saloperies ?

    • Bonjour Bouba,

      Demandez à l’association de protection de l’environnement la plus proche de chez vous de porter plainte pour empoisonnement.
      Aussi, vous pouvez demander à votre maire de prendre ses responsabilités en interdisant l’utilisation des pesticides sur le territoire de sa commune, et s’il ne le fait pas, dites-lui que vous allez porter plainte contre lui pour non assistance à personne en danger…il changera surement d’avis.

      Bien à vous.

      Frédéric Romet
      Coprésident de l’Association Ecolomia.

Le plaidoyer de la bergère des collines Florence Robert pour un pacte de responsabilité avec le vivant dans le cadre d’un élevage non industriel

Lire l'article