Morvan: destruction « volontaire » inédite de 5 ha de forêt

morvan

Cinq hectares de plantations de jeunes douglas (un conifère) ont été détruits dans l'Yonne à la tronçonneuse pendant le week-end de Pâques dans la forêt communale d'Avallon et la forêt domaniale Au Duc sur la commune de Quarré-les-Tombes © AFP/Archives Thierry Zoccolan

Lyon (AFP) – Après les destructions de parcelles OGM, la forêt: un collectif anonyme a détruit cinq hectares d’une espèce, selon lui, néfaste à la biodiversité dans le Morvan, une action inédite selon l’Office national des forêts (ONF) qui a porté plainte.

Cinq hectares de plantations de jeunes douglas (un conifère) ont été détruits dans l’Yonne à la tronçonneuse pendant le week-end de Pâques dans la forêt communale d’Avallon et la forêt domaniale Au Duc sur la commune de Quarré-les-Tombes, a-t-on appris auprès du président de l’ONF et maire d’Avallon Jean-Yves Caullet.

« C’est un saccage inadmissible d’un bien commun, d’arbres qui avaient sept ans (et 4/5 centimètres de diamètre) pour des motifs revendiqués qui sont dérisoires », a poursuivi celui qui est également député PS de l’Yonne.

Le Parc naturel régional du Morvan a également condamné lundi dans un communiqué cette « action de destruction volontaire ».

L’action a été revendiquée par un collectif anonyme baptisé Léchi-Dryades qui dénonce les « monocultures de jeunes plants de douglas » qui « détruisent les sous-bois » et « acidifient les sols ».

Premièrement, « l’aménagement de la forêt communale d’Avallon a fait l’objet d’un débat en conseil municipal et il a été clairement prévu de privilégier le chêne sessile et de limiter à 13% les surfaces de douglas. Il n’est donc nullement question ici de +monoculture+! », répond le président de l’ONF. Ensuite, selon lui, il y a des essences comme l’Epicea qui « qui ont beaucoup plus d’impacts sur les sols ».

Enfin, si la forêt se doit d’avoir une fonction écologique et sociale récréative, elle a aussi un objectif économique, revendique Jean-Yves Caullet.

L’ONF, au nom de la forêt d’État qui a été touchée et la commune d’Avallon, ont déposé une plainte conjointe.

Le douglas est un conifère à croissance rapide originaire de l’Orégon, dans l’Ouest des États-Unis. Il peut atteindre jusqu’à 100 mètres de haut et sert à la production de bois et de chauffage.

© AFP

 

3 commentaires

Ecrire un commentaire

  • j’invite ces extrémistes à venir dans le haut diois couper les pins noir d’Autriche qui en plus d’être totalement inutiles envahissent toute la région et détruisent la biodiversité!

    • Francis

    Cette destruction de plantation est condamnable mais il est exact que les résineux acidifient les sols en fabriquant un mauvais humus.Les techniciens devraient les mélanger avec des feuillus sur les mêmes parcelles.C’est aussi une protection anti-incendie et une application du principe de biodiversité.

    • Nico

    Il est vrai que le Morvan montre une couverture en Douglas non négligeable, et les plaintes a ce sujet ne sont pas nouvelles. Néanmoins, comme le dit le président de l’ONF, nous sommes a l’heure actuelle dans une dynamique de diversification spécifique des plantations pour en effet limiter les effets de la monoculture sur les paysages et la biodiversité. D’autre part, il faut accepter qu’une partie de la foret soit dédiée a la production et que les aspects naturels soient un peu mis de cote, bien que les normes européennes et la certification limitent cela de plus en plus. Tout cela pour dire que cette destruction a été basée sur des motifs dérisoires par des ignorants…ah le militantisme écologique…

    A Ouragan: le Pin Noir d’Autriche a été plante par la RTM avec pour objectif la stabilisation des sols sur pente. Or, ayant été plantes en trop grande quantité, l’apport en matériel rocheux s’en est trouve limité et les rivières se sont mis a attaquer les bases des ouvrages d’art. Une partie a été coupée et non replantée.

Création d'une réserve naturelle sur l'archipel des Glorieuses dans l'océan indien

Lire l'article