Amiante: non-lieu pour l’ancien patron de l’usine Amisol

amisol

Photo prise à Clermont-Ferrand le 14 août 1976 à l'intérieur de la manufacture Amisol, productrice d'amiante et de matériaux isolants © AFP/Archives A. Guilbaud

Paris (AFP) – La cour d’appel de Paris a prononcé jeudi un non-lieu au bénéfice de Claude Chopin, ancien patron de l’usine d’amiante Amisol qui avait fermé en 1974, dans un des dossiers emblématiques de ce drame sanitaire, ont annoncé à l’AFP les avocats des parties.

Les investigations avaient été lancées en 1997 -année de l’interdiction de l’amiante- après une plainte de salariés de cette usine de Clermont-Ferrand qui ont développé des maladies liées à leur exposition à cette substance cancérigène. Selon les autorités sanitaires, l’amiante pourrait provoquer jusqu’à 100.000 décès d’ici à 2025.

Conseil de salariés, Me Jean-Paul Teissonnière a fait part de sa volonté de se pourvoir en cassation contre cette décision.

Selon l’avocat de l’association des victimes de l’amiante (Andeva), une trentaine de salariés de cette usine sont morts. L’arrêt de non-lieu « confirme qu’en matière d’amiante, il est difficile d’obtenir la responsabilité de quiconque », a commenté Me Michel Ledoux.

« Le combat risque de cesser faute de combattants », a-t-il ajouté, « inquiet pour les autres dossiers ».

L’avocat de Claude Chopin, Me Vincent Courcelle-Labrousse, s’est félicité de la décision de la cour d’appel qui a, selon lui, estimé qu' »aucune des infractions pour lesquelles il était mis en examen ne pouvait lui être imputée ».

A ses yeux, un pourvoi « serait la démonstration d’un acharnement contre une évidence » constatée à deux reprises.

Claude Chopin avait été mis en examen pour homicides et blessures involontaires en tant qu’ancien patron de ce que l’Andeva a décrit comme une « usine cercueil ». Alors âgé de 26 ans, il en avait pris la tête pendant six mois en 1974 après la démission de son père depuis décédé.

En février 2013, la cour d’appel de Paris avait une première fois accordé un non-lieu à Claude Chopin. Mais la Cour de cassation avait annulé cet arrêt qui est donc revenu devant la chambre de l’instruction.

© AFP

 

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Oskar Lafontaine

    Savoir qu’un criminel multi-récidiviste et endurci, est exonéré de toute peine ou même d’une simple condamnation morale après tous les assassinats dont il est responsable, achève de vous faire perdre vos dernières illusions sur la prétendue « indépendance de la justice en France ».
    Ce type devrait être, s’il y avait une justice indépendante des lobbys en France, enfermé à croupir depuis plus de 15 ans dans la plus infâme des geôles de la République. Qu’il n’y soit pas est tout simplement un scandale, une honte et ce sont les juges qui devront être envoyés au trou à sa place.
    La dangerosité médicale de l’amiante est connue depuis au moins 1905-1907, interdite d’emploi aux US depuis 1969, en Angleterre depuis les années 1950, et ce type ose prétendre qu’il ignorait encore que c’était un produit mortel !!! Et quant aux juges il est plus intéressant pour eux de blanchir les coupables et de condamner les innocents, à partir du moment où ça va dans le sens qui leur rapporte le plus, en dessous de table, comme en nominations gratifiantes, lugubre réalité !
    La justice en France est la grande honte de ce pays. Honte aux juges !

    • gege

    OSKAR,sur le principe oui, mais il y a erreur sur les coupables, car maintenant on voudrait passer en correctionnelle tous les industriels et artisans qui ont travaillé sur ou avec de l’amiante, alors qu’on en a produit des millions de tonnes pour couvrir toutes les toitures de France et isoler les doublages ou colonnes de bâtiments publics, écoles etc… Aucune loi n’en a parlé auparavant, tout comme les centaines de milliers de gens qui sont morts contre des platanes ou les murs carrés des ponts plus étroits que les routes. Qui en est le responsable, sinon les pouvoirs publics, comme le sang contaminé etc.
    Mais l’administration n’a rien dit pendant un siècle…pour le citoyen, maintenant, pour moi, c’est forclusion….. Et on devrait mettre tous ceux qui dirigeaient le pays à cette époque en prison. Et d’autres encore…. ! J’ai 65 ans, ça fait plus de 45 ans que j’avais la solution pour les platanes….et les endroits qui manquent de visibilité, …etc., pour pas grand-chose, encore trop courants) qui on fait des dizaines, et certainement même des centaines de milliers de morts… près de chez moi, je n’avais pas hésité à dire à un responsable qui ne voulait pas entendre mes arguments ( lors de travaux sur un carrefour en cours d’aménagement) que si par malheur un de mes proches devait y avoir un accident, ce jour-là il n’y aurait pas un mort, mais deux…! Depuis il ne travaille plus sur place…j’ai quelques idées là-dessus! … car 6 mois après les travaux un de ses collègues de travail y a perdu son fils qui traversait à vélo (à 18 ans)…après 6 mois de coma…. les frais d’hospitalisation de plus inutile, ont certainement coûté enormément plus que la modification à postériori ( celle-là même que je leur avais suggérée, alors que si on avait tenu compte de mes remarques, c’était tout au plus quelques m² de goudron en plus pour créer une voie de stockage des véhicules au centre du carrefour, avant de pouvoir couper à gauche en toute sécurité, au lieu de recreuser du gravier et de remettre de la terre à la place après ce drame!

Primaire écologiste : Jadot et Rousseau au second tour, deux lignes s'affrontent

Lire l'article