Le commerce produit moins de déchets et les valorise mieux

déchets

Un homme met des cartons dans un conteneur près d'un supermarché, le 28 novembre 2013 à Toulouse © AFP/Archives Remy Gabalda

Paris (AFP) – Le secteur français du commerce a réduit ses déchets de 14% entre 2006 et 2012, et ces derniers sont de mieux en mieux valorisés, à condition d’avoir été préalablement triés, montre une étude de l’Insee.

« Dans les établissements (commerciaux) de 50 salariés ou plus (…), la quantité de déchets produits a diminué de manière sensible: -14% en six ans », entre 2006 et 2012, « malgré la hausse du volume des ventes », observe l’Institut national de la statistique et des données économiques.

Parallèlement, « l’effort de tri s’est nettement accru », puisque la part des déchets non triés dans le total est passée de 40% à 32% sur la même période, souligne l’Insee.

L’organisme public estime que l’ensemble des établissements de commerce, toutes tailles confondues, a généré « environ 5,5 millions de tonnes » de déchets en 2012. Les établissements de 20 salariés ou plus ont représenté à eux seuls 4,2 millions de tonnes, dont 1,7 million de tonnes de papiers et cartons et 900.000 tonnes de déchets organiques.

Cela représente « seulement 5% » des déchets de l’ensemble de l’économie, mais cette proportion monte à « près de 30% » pour les déchets de papiers de cartons.

Enseignement de l’enquête: « le tri favorise la valorisation des déchets », souligne l’Insee. Plus des trois quarts des déchets non organiques triés sont ainsi recyclés, alors que cette proportion tombe à 17% pour les déchets « mélangés », qui sont majoritairement (56%) envoyés en centres de tri. Une partie de ces derniers seront ensuite aiguillés vers une valorisation ultérieure, souligne toutefois l’Insee.

Les déchets organiques sont eux valorisés « à plus de 65% ». « Il s’agit principalement d’une valorisation de leur matière (40%), notamment pour la production de matière fertilisante, note l’institut. Les autres processus de valorisation sont la méthanisation (14%), le compostage (9%) et l’épandage (3%).

Les déchets valorisés sont ceux qui sont réutilisés, tels quels ou après transformation, ou incinérés pour produire de l’énergie, par opposition à ceux qui sont envoyés dans des centres de tri, incinérés sans récupération d’énergie ou mis en décharge.

L’enquête de l’Insee porte sur les déchets « non dangereux et non minéraux » produits dans le secteur du commerce en 2012.

Elle se concentre sur les établissements commerciaux de 20 salariés et plus car « les petits commerçants passent généralement par les circuits des ordures ménagères ordinaires », a souligné Louis de Gimel, chef du département des synthèses sectorielles à l’Insee.

© AFP

 

Un commentaire

Ecrire un commentaire

  • AU BUREAU AUSSI, RECYCLONS TOUS NOS DECHETS !

    Depuis 1997, ELISE crée des emplois durables pour des personnes en difficulté ou handicapées dans la collecte et le recyclage des papiers et déchets de bureau.
    Numéro 1 en France de la valorisation des papiers des corbeilles de bureau, ELISE (Entreprise Locale d’Initiatives au Service de l’Environnement) met en place dans les bureaux le tri, collecte, pèse et sur trie les papiers pour optimiser les bénéfices du recyclage.
    A l’occasion des collectes de papier, ELISE peut aussi enlever, pour les recycler, d’autres déchets de bureau : cartouches d’encre, piles, bouteilles et gobelets plastiques, canettes de boisson, lampes, tubes néon, déchets d’équipement électrique et électronique (DEEE).
    ELISE assure la sensibilisation en interne et rend compte des poids collectés et des bénéfices engendrés.
    ELISE peut aussi effectuer les désarchivages et la destruction confidentielle.

    Des Economies pour les Entreprises
    La réduction des déchets est une source d’économie qui assure le financement de la collecte effectuée par ELISE. De plus les Entreprises Adaptées du réseau ELISE permettent à leurs clients de réduire leur Taxe AGEFIPH.

    Un environnement préservé.
    En 2015, ELISE collectera dans plus de 8.000 entreprises ou établissements publics, grâce à ses
    20 Entreprises Locales d’Initiatives au Service de l’Environnement de Paris-Est, Paris-Ouest, Lille, Douai, Cambrai, Saint Etienne, Lyon, Grenoble, Macon, Marseille, Bordeaux, Savoie, Tours, Châteauroux, Avignon, Toulouse, Bayonne, Cognac, Limoges, Orléans … 20.000 tonnes de papier, permettant d’économiser :
    – 85 millions de KWH d’énergie,
    – 600.000 m3 d’eau,
    et d’éviter le rejet de près de
    – 11.000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

    Des emplois solidaires.
    Fin 2014, 250 personnes ont un emploi chez ELISE, parmi lesquelles 70% de personnes issues de l’insertion ou handicapées.

    Plus d’informations sur http://www.elise.com.fr

Des rivières françaises polluées aux détergents, insecticides, révèlent deux études

Lire l'article