L’UE ferme jusqu’en avril la pêche au bar pour assurer sa survie

pêche au bar

Un pêcheur sur un chalutier, le 18 décembre 2014 au large des côtes françaises © AFP Charly Triballeau

Bruxelles (AFP) – La pêche au bar au chalut pélagique, surtout pratiquée par les pêcheurs français dans la Manche, sera interdite jusqu’en avril dans les eaux européennes, pour assurer la préservation de cette espèce, a annoncé lundi la Commission européenne.

Cette mesure vise à « protéger le stock quand il est le plus vulnérable » durant sa période de reproduction, a souligné l’exécutif européen dans un communiqué. La décision doit entrer en vigueur « avant la fin du mois », une fois formellement adoptée.

La pêche au chalut pélagique (qui n’est pas trainé sur le fond) « représente 25% de l’impact sur le stock, durant la période de reproduction », a précisé la Commission.

Cette fermeture provisoire de la pêche au bar « sera complétée par d’autres mesures, que la Commission et les pays concernés –Royaume-Uni, France, Belgique, et Pays-Bas– préparent en commun », en vue de leur adoption par les ministres de la Pêche. « Cela inclura des mesures de gestion de la pêche de loisir et de limitation des captures pour toutes les autres formes de pêche commerciale » de ce poisson à la chair blanche très prisé.

La Commission a recouru à son droit d’imposer des mesures d’urgence pour protéger des espèces menacées, faute d’accord entre les États pour prendre acte des mises en garde lancées par les experts. L’ICES (Conseil international pour l’exploration de la mer) a recommandé pour 2015 une baisse de 80% des prises en 2015 dans la Manche et en mer du Nord. Les pêcheurs français réalisent plus de 70% de ces captures, suivis par leurs collègues belges et néerlandais.

« C’est une mesure positive, surtout sur le long terme pour préserver les générations futures, mais pas suffisante », a jugé Stephan Beaucher, un expert de l’organisation environnementale Pew. « Il faut aussi une très forte limitation de la pêche du bar au chalut de fond et au filet », en ne permettant pour ces engins de pêche « que des captures accessoires ou accidentelles », a-t-il plaidé.

La précédente fermeture de pêche imposée par la Commission concernait l’anchois, dont la capture avait été totalement interdite dans le golfe de Gascogne entre 2005 et 2009. Le stock est depuis reparti à la hausse.

© AFP

 

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Oskar Lafontaine

    C’est l’Europe qui doit prendre la décision, et donc « porter le chapeau », car en France les lobbys de la pêche, éventuellement soutenus par d’autres, rendent impossible de prendre et faire respecter ce genre de mesures, pourtant indispensables. Quant au résultat à en attendre, l’exemple de ce qui s’est passé avec la morue de Terre Neuve, démontre amplement l’utilité et l’efficacité de ce genre d’interdiction. Les pêcheurs râlent, mais si l’on ne fait rien, ils n’auront plus alors, que les yeux pour pleurer, étant devenus les propres artisans de leur ruine.
    La pêche au bar (loup en méditerranée) et au chalut est ainsi interdite. seule la police peut encore aller chasser le loubard en banlieue…

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article