2014, année la plus chaude en France et en Europe depuis 1900

Paris (AFP) – 2014 aura bien été l’année la plus chaude observée en France depuis 1900, a confirmé Météo-France, une année record aussi pour la Grande-Bretagne, la Belgique, l’Espagne et l’Allemagne.

La température moyenne annuelle sur l’Hexagone (13,8°C) a dépassé de 1,2°C la normale (mesurée sur la période 1981-2010), observe l’organisme national. L’année 2014 aura ainsi été plus chaude encore que 2011 (+1,1°C) et 2003 (+1,0°C).

« L’année écoulée est également une année record chez nos voisins européens comme la Grande-Bretagne, la Belgique, l’Espagne et l’Allemagne où la température moyenne annuelle a dépassé la normale de 1,4°C », ajoute Météo-France dans son « bilan climatique définitif 2014 », confirmant des prévisions publiées mi-novembre et mi-décembre.

Ces records s’inscrivent dans une tendance au réchauffement très nette, les 15 années les plus chaudes observées en France depuis le début du XXe siècle l’ayant toutes été au cours des 25 dernières années, selon la même source.

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • jipebe29

    1) « La température moyenne annuelle sur l’Hexagone (13,8°C) a dépassé de 1,2°C la normale  »
    Parler de normale est ridicule. La normalité des températures n’existe pas, ni dans l’espace, ni dans le temps. Il faudrait dire: « La température moyenne annuelle sur l’Hexagone (13,8°C) a dépassé de 1,2°C la température de la période de référence 1981-2010 ».

    2) Cet article, émanant de l’AFP, qui ne se distingue pas par son objectivité et son éthique quand il s’agit du climat, ne prouve rien du tout. Il utilise la technique de propagande du cherry picking. Cette technique est la suivante: on choisit judicieusement des zones pour lesquelles ce que l’on veut montrer est vérifié sur une période réduite, et on généralise. On peut donc « prouver » tout et son contraire. Par exemple, si l’on prend la Russie, ou l’Est des USA, la conclusion sera opposée…

    • jipebe29

    « Ces records s’inscrivent dans une tendance au réchauffement très nette, les 15 années les plus chaudes observées en France depuis le début du XXe siècle l’ayant toutes été au cours des 25 dernières années ».

    Il serait temps que Météo France cesse de nous raconter des carabistouiles.

    Voici les observations : la TMAG (température moyenne annuelle globale) est montée de 0,7°C depuis 1900, de manière non linéaire et jamais en covariation avec le taux de CO2, sauf sur la courte période 1978-1997, ce qui est insuffisant pour en déduire une relation de causalité. Elle est stable depuis 18 ans, alors que, sur cette période, nous avons émis plus de 40% de toutes nos émissions de CO2 depuis le début de l’ère industrielle. Bien sûr, toute année de ce plateau (que le GIEC appelle « hiatus ») est plus « chaude » d’au plus 0,7°C que toutes les années précédant ce plateau, depuis 1900 et il existe de petites variations de l’ordre du centième de degré, alors que la précision des mesures est du dixième de degré. Mais parler d’année la plus « chaude » depuis 1880, avec les réserves précisées ci-avant, est une présentation manipulatoire qui a pour but de cacher aux citoyens le plateau de TMAG depuis 1997. De toute manière, une seule année n’est pas significative, car il faut des tendances sur au moins 10 ans…

    Le dogme, vous dis-je, le dogme!

Le climat, facteur "déterminant" des feux de forêt en Australie, selon une étude

Lire l'article