Charbon: Société Générale se retire du projet minier Alpha Coal en Australie

Paris (AFP) – La banque française Société Générale a décidé de suspendre son mandat de conseil dans le projet minier australien Alpha Coal, contesté par des associations écologistes, a-t-elle annoncé vendredi dans une déclaration.

« Dans le contexte du retard du projet Alpha Coal, Société Générale a décidé, en accord avec (le promoteur) GVK-Hancock, de suspendre son mandat. La banque n’est donc plus impliquée dans le projet », a indiqué le groupe.

Alpha Coal est un vaste projet minier en Australie, situé près de la Grande barrière de corail, dans l’Etat du Queensland (est). Selon Greenpeace, ce site se classera parmi les dix plus grands émetteurs mondiaux de dioxyde de carbone lorsqu’il atteindra sa capacité maximale.

En raison de son mandat de conseil, Société Générale avait vu une de ses agences à Pau être occupée lundi par dix-sept militants écologistes.

Dans un communiqué commun le mouvement basque, Bizi ! avec les ONG Attac France et Les amis de la terre saluent « l’abandon de cette +bombe climatique+ dont le développement aurait été à l’origine de l’émission de 1,8 milliards de tonnes de CO2 compromettant de façon irréversible les efforts pour limiter le réchauffement de la planète ».

Les associations souhaitent, après « cette victoire citoyenne », que le projet soit « définitivement abandonné par ses promoteurs australiens et indiens ».

En mai, une trentaine de militants du mouvement altermondialiste basque Bizi! avaient déjà occupé une agence de la banque à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), avant d’être délogés par la police. Ils réclamaient alors le retrait immédiat de Société Générale du projet Alpha Coal.

© AFP

 

Un commentaire

Ecrire un commentaire

  • bonjour , il est grand temps d’arreter les conneries ! personne n’as le droit de faire mourir la grande barrière de corail ! même les plus grands riches . . . cela fait cinq ans qu’une énorme pétition mondiale avait clos dans l’arrêt de cet assassinat de la faune marine . . . alors qui est responsable de ce retournement inadmissible de tuer la richesse de cette nature ? honte aux décideurs sans cervelle

Dorothée Moisan, auteure des Plastiqueurs, enquête sur les industriels qui nous empoissonnent : « Je dénonce le discours de l’industrie du plastique qui affirme que le recyclage fonctionne »

Lire l'article

Des start-up de véhicules électriques célébrées à Wall Street face à une route semée d'embûches

Lire l'article