Changement climatique: absence d’action dans le secteur de l’élevage

Londres (AFP) – Bien que le secteur de la viande et des produits laitiers soit l’un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre, les gouvernements agissent peu pour limiter son impact, dénonce une étude publiée mercredi par le centre de réflexion Chatham House.

« Le secteur de l’élevage est responsable de presque 15% des émissions mondiales -similaires à celles produites par toutes les voitures, camions, avions, trains et bateaux du monde- et pourtant son absence des stratégies internationales ou nationales pour réduire les émissions est notable », explique Rob Bailey, l’un des auteurs du rapport.

« Gouvernements et groupes d’action semblent croire qu’essayer de réduire la consommation de produits d’élevage est au mieux un défi trop complexe et au pire risque de susciter des réactions négatives » chez les consommateurs, en concluent les chercheurs de Chatham House.

Selon eux, l’une des conséquences de ce manque d’action gouvernementale est l’absence de prise de conscience du public de l’impact du secteur de l’élevage sur le changement climatique.

Ainsi, un sondage mené en ligne dans douze pays (dont le Brésil, la Chine, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni, avec un minimum de 1.000 participants à chaque fois) montre que seulement 29% des sondés identifient la viande et les produits laitiers comme une cause majeure du réchauffement climatique (contre 64% des sondés pour les transports).

La publication de cette étude intervient alors que des milliers d’experts sont réunis depuis le 1er décembre à Lima, au Pérou, pour avancer vers l’accord multilatéral de lutte contre le réchauffement espéré fin 2015 à Paris.

La communauté internationale s’est donné pour objectif de limiter le réchauffement à 2°C par rapport à l’ère pré-industrielle, seuil au-delà duquel les experts prédisent des impacts irréversibles et dramatiques dans de nombreuses régions.

Or, au rythme actuel, la planète se dirige vers une hausse des températures d’environ 4°C d’ici la fin du siècle.

Le Rapport Chatham House

© AFP

 

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Oskar Lafontaine

    Que cette vérité de base, pourtant connue de longue date, soit ainsi rappelée, est toujours une bonne chose. Il y a quelques mois à l’Assemblée Nationale à Paris, une simple question pour un amendement sur ce problème de l’élevage dans l’optique du réchauffement climatique, déclencha l’hilarité générale, ce qui démontre bien la nullité totale, complète, absolue de nos législateurs. Ils sont prêts à dépenser des milliards contre les voitures, les avions etc., accusés de tous les maux, mais pas un seul centime pour ce qui génère tout autant d’effet de serre mais sans rejeter de CO². Manifestement ils n’ont encore rien compris et il n’y a donc rien non plus à attendre d’eux, dans quelque autre domaine que ce soit. Pour avoir osé rigolé sur cette question dramatique, les rieurs devraient tous être éjectés d’office et à vie de l’Assemblée Nationale, et soumis à l’amende.

    • chaumien

    le cerveau malsaint de nos législateurs dégage plus de CO2 que tous les animaux.de la planète.
    il y a d’autres chats à fouetter, Messsieurs, au boulot.

    • jipebe29

    Il faudrait aussi agir dans le domaine du sport, car enfin, tout sportif en action dégage beaucoup plus de CO2, ce gaz satanique, mais par ailleurs gaz de la Vie sur notre planète…

    Et ceux qui font du vélo en croyant sauver la planète sont d’affreux émetteurs de gaz satanique…

Jaunisse de la betterave : Tereos a retardé le démarrage de sa campagne 2020/21

Lire l'article

L’agriculture bio labellisée AB est le modèle le plus rentable et le plus performant, d’après une analyse de France Stratégie

Lire l'article