La loi sur la transition énergétique sera votée au Sénat début février

Paris (AFP) – Le projet de loi sur la transition énergétique sera examiné en séance publique au Sénat la semaine du 9 février 2015, a indiqué lundi la ministre de l’Ecologie et de l’Energie, Ségolène Royal.

Avant le vote en séance, le texte sera examiné par les commissions des affaires économiques et du développement durable du Sénat durant la semaine du 19 janvier, a-t-elle précisé lors d’une conférence de presse consacrée à la Conférence environnementale, organisée jeudi et vendredi à Paris.

Les deux commissions doivent par ailleurs auditionner la ministre mercredi 26 novembre.

L’Assemblée nationale a déjà voté le texte le 14 octobre dernier. Il fixe notamment les grands objectifs de la politique énergétique de la France à horizon 2050.

Le projet de loi vise notamment à réduire d’ici 2050 de 50% la consommation d’énergie et de 30% celle des énergies fossiles (par rapport à 2012) et d’augmenter la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie à 32%, contre un peu moins de 14% aujourd’hui.

La part du nucléaire dans la consommation finale d’électricité doit elle passer de 75 à 50% d’ici 2025.

La France devra également réduire de 40% ses émissions de gaz à effet de serre en 2030 (par rapport à 1990).

© AFP

 

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Oskar Lafontaine

    Bien que très favorable à l’arrêt total du nucléaire et le plus tôt sera le mieux, je n’ai pas encore saisi l’intérêt pratique de cette loi. Les évolutions technologiques en effet, à partir du moment où elles existent, fonctionnent et surtout coûtent moins cher que ce qui existait avant, n’ont aucunement besoin d’une loi pour pour s’imposer.
    Le volet électrique de la « transition énergétique » s’accomplit sous nos yeux dans le monde entier, en quoi une loi pourrait bien accélérer ce mouvement inéluctable? Aucune loi ne fut nécessaire au dix neuvième siècle pour que la part des transports réalisée par les diligences de 100% qu’elle était, en 1820, tombe à 0%, moins de 100 ans plus tard. Il en ira de même pour le nucléaire en France et partout, qui se verra progressivement remplacé, dans les vingt cinq ans qui viennent, en totalité par le solaire. Chacun s’il en prend la peine peut déjà constater que l’électricité photovoltaïque est bien plus vite en place et fonctionnelle et pour moins cher dans une habitation disposant de 15m² de surface exposée au sud, que celle qui arrive par le réseau. L’autoconsommation en effet permet déjà de disposer de kilowattheures moins onéreux, et son installation systématique, couplée bientôt avec le stockage individuel, aura vite fait, et sans le besoin d’aucune loi, de balayer le vieux système électrique traditionnel, lourd et complexe que nous utilisons encore.

  • […] Le projet de loi sur la transition énergétique sera examiné en séance publique au Sénat la semaine du 9 février 2015, a indiqué lundi la ministre de l’Ecologie et de l’Energie, Ségolène Royal.Avant le vote en séance, le texte sera examiné par les commissions des affaires économiques et du développement durable du Sénat durant la semaine du 19 janvier, a-t-elle précisé lors d’une conférence de presse consacrée à la Conférence environnementale, organisée jeudi et vendredi à Paris.Les deux commissions doivent par ailleurs auditionner la ministre mercredi 26 novembre.L’Assemblée nationale a déjà voté le texte le 14 octobre dernier. Il fixe notamment les grands objectifs de la politique énergétique de la France à horizon 2050.Le projet de loi vise notamment à réduire d’ici 2050 de 50% la consommation d’énergie et de 30% celle des énergies fossiles (par rapport à 2012) et d’augmenter la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie à 32%, contre un peu moins de 14% aujourd’hui.La part du nucléaire dans la consommation finale d’électricité doit elle passer de 75 à 50% d’ici 2025.La France devra également réduire de 40% ses émissions de gaz à effet de serre en 2030 (par rapport à 1990).  […]

Le navire turc en Méditerranée, au cœur de tensions avec la Grèce, est rentré au port

Lire l'article