La Chine met en activité son barrage controversé sur le Brahmapoutre

Pékin (AFP) – La Chine a commencé dimanche à produire de l’électricité grâce à son plus important barrage au Tibet, un ouvrage controversé qui suscite des inquiétudes dans les régions situées en aval, en Inde et au Bangladesh.

La mise en fonction de la première unité hydroélectrique de ce barrage édifié sur la rivière Yarlung Zangbo, ainsi que les Chinois nomment chez eux le Brahmapoutre, a été rapportée par l’agence de presse Chine nouvelle.

L’ouvrage hydroélectrique, d’un budget de 9,6 milliards de yuans (1,26 milliard d’euros), sera totalement achevé l’année prochaine, où il atteindra sa pleine capacité de production avec une puissance de 510 mégawatts.

« Cette centrale hydroélectrique va résoudre les problèmes de carence en électricité du Tibet, en particulier durant l’hiver », a assuré un responsable de la société d’électricité du Tibet, cité par Chine nouvelle.

Ce barrage est situé à 3.300 mètres d’altitude sur le cours supérieur du Brahmapoutre au Tibet, région où la plupart des grands fleuves d’Asie prennent leur source.

L’Inde s’est dite préoccupée par la mise en barrage en Chine des eaux du cours supérieur du Brahmapoutre, qui forme au Bengale indien et au Bangladesh l’un des deltas les plus fertiles et une des régions les plus densément peuplées de la planète.

En proie à des besoins croissants en énergie, les pays au pied de l’Himalaya – en particulier la Chine et l’Inde aux économies émergentes – mènent d’ambitieux projets de barrages hydroélectriques, attisant les tensions avec les Etats voisins situés en aval.

Le réchauffement climatique et ses conséquences sur la fonte des glaciers himalayens avivent les inquiétudes.

La Chine assure conserver une attitude responsable dans la gestion transfrontalière des ressources hydriques et affirme prendre en considération les possibles conséquences sur les régions situées en aval.

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Oskar Lafontaine

    Deux chiffres retiennent ici notre attention la puissance de ce barrage, soit 510 mégawatts et son coût, soit 1,26 milliards d’euros.
    Quand la construction de cet ouvrage fut décidée, il y a probablement au moins une dizaine d’années sinon plus, les solutions techniques pour apporter de l’électricité à cette province rattachée de force et par la pire violence à la Chine en 1949, n’étaient pas nombreuses et l’hydroélectricité pouvait sembler être un choix raisonnable.
    Il n’en est plus de même aujourd’hui. Et une solution photovoltaïque apparaît maintenant plus intéressante, moins onéreuse et n’entraînant aucun problème de gestion de l’eau. Ainsi une simple comparaison avec le chantier du parc photovoltaïque de Cestas, près de Bordeaux en France, dont la construction vient de débuter et qui sera opérationnel dès octobre 2015, révèle que pour le tiers de cette somme, soit 400 millions d’euros seulement, la même puissance électrique, 510 MW était obtenue en photovoltaïque. Donc aussi, et compte tenu de la position géographique du Tibet, et de son ensoleillement, la même quantité d’électricité sur un an. C’est donc une erreur économique d’avoir construit ce barrage qui posera plus de problèmes qu’il n’apportera de solutions.

    • AUDO

    LE BARRAGE HYDRAULIQUE FOURNIRA 24 H sur 24 H les 51O Mégawatts .
    Au file des années le rendement des cellules photovoltaique diminue .
    Et je pense que le prix de la maintenance est moindre pour la // Centrale HYDRAULIQUE //
    que pour les panneaux photovoltaiques .

Produits végétariens : une étude pointe leur faible teneur en protéines végétales

Lire l'article