Energie: l’Allemagne s’interroge sur le sort de ses centrales au charbon

Berlin (AFP) – Après avoir condamné ses réacteurs nucléaires, l’Allemagne s’interroge sur la place de ses centrales au charbon, première source d’électricité et grosses pollueuses, dont l’arrêt est pourtant loin de faire l’unanimité.

Le gouvernement s’écharpe sur la question. La ministre de l’Environnement fait valoir que si la part du charbon ne diminue pas, l’Allemagne, volontiers pionnière en matière de protection du climat, va manquer son objectif de réduction d’émissions de CO2 à l’horizon 2020 (-40% par rapport à 1990). Son confrère à l’Economie lui oppose des considérations de sécurité d’approvisionnement, de coût et d’emploi.

« On ne peut pas sortir simultanément du nucléaire et du charbon », argumente ainsi ce dernier, Sigmar Gabriel.

L’Allemagne a décidé d’arrêter d’ici 2022 tous ses réacteurs nucléaires, et à l’horizon 2050 les énergies renouvelables doivent représenter 80% de l’électricité consommée. Mais pendant cette « transition énergétique », le charbon, qui pèse pour 46% dans la production de courant, conserve un rôle prépondérant.

La faiblesse du prix de cette matière première – concurrence du gaz de schiste américain oblige – et l’inefficacité du système européen d’échange de droits à polluer font de la génération au charbon une affaire lucrative.

Mais de plus en plus de voix s’élèvent qui réclament un arrêt des réacteurs les plus polluants – notamment ceux marchant au lignite. Les Verts, privés de leur croisade anti-nucléaire, sont à la pointe du combat, secondés par nombre d’associations de protection de l’environnement et instituts de recherche.

Mercredi, l’un d’eux, le DIW berlinois, a présenté plusieurs scénarios de fermeture de réacteurs au charbon – entre 21 et 46 selon le modèle retenu -, qui permettraient à l’Allemagne de remplir ses engagements envers le climat.

« Nous avons des surcapacités, ce serait le bon moment », a argumenté Claudia Kemfert, chercheuse du DIW en charge de l’étude.

« Ce serait faire d’une pierre deux coups », estimait Ralf Fücks, directeur de la fondation Heinrich-Böll, proche des Verts et mandataire de l’étude.

Soustraire des capacités ferait grimper les prix sur le marché de gros, pour le moment au plus bas. Cela permettrait aux centrales à gaz, dont un certain nombre ont été mises en sommeil car trop peu rentables, de revenir dans la course. Les bénéfices en berne des énergéticiens, RWE et EON en tête, repartiraient à la hausse, le tout en minimisant la pollution, selon le modèle.

A l’heure actuelle, la filière charbon emploie quelque 50.000 personnes en Allemagne. Mais les partisans d’un arrêt des réacteurs balaient l’argument « emploi » du revers de la main. « Globalement l’effet sur l’emploi sera positif », juge ainsi M. Fücks, « il s’agit de substitution, pas de faire baisser la production ».

Près de la frontière polonaise, dans une région où le groupe public suédois Vattenfall est le plus gros employeur avec l’exploitation du lignite et trois centrales électriques, cette logique à l’échelle allemande n’a pas beaucoup d’adeptes.

L’inquiétude y est double: au débat général sur le charbon s’ajoutent les velléités de Vattenfall de vendre ses actifs dans la région.

A l’autre bout du pays, dans la Ruhr qui marche à la houille, les résistances sont fortes aussi. « Il y aura encore des centrales au charbon dans les prochaines décennies en Rhénanie du Nord-Westphalie », assure la chef de gouvernement du Land, Hannelore Kraft.

Les industries fortement consommatrices d’énergie s’inquiètent pour leur part du prix du courant en hausse, synonyme de baisse de compétitivité sur les marchés mondiaux.

Reflet de ces tiraillements, la contribution du secteur électrique au plan d’action du gouvernement pour faire baisser les émissions de CO2, présenté la semaine dernière, est encore assortie d’un gros point d’interrogation.

Le document doit être examiné en conseil des ministres le 3 décembre. « Beaucoup de choses seront éclaircies » d’ici là, a assuré mercredi une porte-parole de M. Gabriel.

© AFP

 

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Oskar Lafontaine

    Du débat actuellement en cours en Allemagne et dont on pouvait prendre connaissance, cette semaine par un article paru dans der Spiegel , N° 47 du 17 novembre, pages 32 et 33 avec photo de Sigmar Gabriel, « Rauchende Schlaute » on retiendra avant tout que si débat il y a, c’est d’abord et avant tout parce que des surcapacités de production électriques y existent depuis deux ans déjà au moins, et qu’il y en aura, des surcapacités, de plus en plus en Allemagne, surcapacités précisément liées à la montée en puissance et en pourcentages de production électrique, des renouvelables, éolien et photovoltaïque, dont de plus le « coût de production marginal » est plus faible que celui, même du charbon, le gaz ayant de son côté, déjà été « balayé » sur ce point.
    Mais la solution, qui ne peut être qu’une baisse de l’emploi du charbon, ne pourra venir que de la multiplication, aux niveaux communal, à celui des usines prises individuellement comme surtout à celui des particuliers, multiplication déjà lancée, des systèmes de stockage de l’électricité, par accumulateurs lithium avant tout. Ce qui permet d’adapter avec bien plus de souplesse la production à la demande et donc de fermer des unités de production, comme les centrales thermiques au charbon, sans risques de coupures intempestives. Compte tenu de la baisse en cours du coût de ces installations de stockage, nouvelles dans le paysage électrique, la généralisation systématique est programmée pour la fin de la décennie en cours, 2020, où le coût du kilowattheure stocké dans de tels accumulateurs, sera devenu inférieur au coût du transport de ce même kilowattheure par le réseau, condamnant ainsi les entreprises comme Vattenfall, E.on et en France, EDF elle-même. Car le tandem panneaux photovoltaïques + accumulateurs lithium, sera l’arme suprême pour tuer les entreprises de production électriques traditionnelles et exploitant des réseaux, réseaux qui sont par ailleurs des calamités médicales de première grandeur (cancers, autisme etc.) en raison du champ électromagnétique, perturbateur biologique avéré, que génère toute ligne électrique.

    • therese DELFEL

    Remarquable commentaire de M. Lafontaine qui dit à la fois la complexité du problème et la tendance, très répandue, à occulter des points essentiels du débat … « si débat il y a » et certainement, en France, nous peinons à simplement entrer dans un débat tant les intérêts divergent et deviennent des sources de conflits. C’est toute la société qui est à repenser, notre manière de consommer autant que notre manière de penser l’emploi. Dès que nous mettrons au cœur de notre évolution, la REDUCTION ciblée de notre consommation en la couplant à une exigence de SENS pour le travail que nous faisons, qu’en somme, nous nous demanderons pourquoi nous vendons notre énergie personnelle, notre intelligence et notre créativité pour pouvoir acheter massivement ce que dans l’heure qui suit, nous jetons allègrement, quitte à le retrouver sous forme de poisons dans l’air, dans les rivières ou dans les sols qui forment la trame ESSENTIELLE de toute vie sur Terre, nous serons en bonne voie.

  • […] Après avoir condamné ses réacteurs nucléaires, l'Allemagne s'interroge sur la place de ses centrales au charbon, première source d'électricité et grosses pollueuses, dont l'arrêt est pourtant loin de faire l'unanimité.  […]

Climat : pour l'Antarctique et le niveau des mers, chaque degré compte, selon une étude

Lire l'article