Les pro-ours tirent à boulets rouges sur Ségolène Royal

Toulouse (AFP) – « Elle n’a rien compris et n’y connaît rien », « elle renie ses propres experts », « elle légitime et encourage les opposants les plus violents »: les associations favorables à l’introduction de nouveaux ours dans les Pyrénées tirent à boulets rouges lundi sur Ségolène Royal.

La ministre de l’Écologie, en visite samedi dans les Hautes-Pyrénées pour assister à un lâcher de bouquetins, a déclaré qu’elle n’allait pas donner l’autorisation à l’introduction d’un deuxième ours dans ce département car elle « considère que c’est un problème pour le pastoralisme ».

La population d’ours dans la chaîne pyrénéenne, menacée de disparition dans les années 90, a depuis été sauvée par des introductions d’ours slovènes entre 1996 et 2006.

Elle était évaluée en 2013 à 24 animaux entre la France et l’Espagne, mais deux seulement, les mâles Néré et Cannelito, se répartissaient entre Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées. L’essentiel de la population se situe plus à l’est, principalement en Ariège et en Haute-Garonne.

Partout, les éleveurs s’insurgent contre la présence de ces « prédateurs », les accusant de décimer les troupeaux de moutons.

Les pro-ours veulent au contraire que la population ursine soit renforcée pour être viable durablement. Ils s’appuient sur des rapports d’experts du Muséum d’histoire naturelle ou de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage pour réclamer l’introduction « à terme » de 15 à 20 ours sur l’ensemble de la chaîne.

Selon Alain Reynes, directeur de l’association Pays de l’ours-Adet, il faudrait en particulier « dix femelles et trois mâles supplémentaires sur le noyau occidental, le plus fragile », celui pour lequel Mme Royal a refusé toute introduction supplémentaire.

« Les réintroductions d’espèces ne doivent pas avoir lieu dans des zones de pastoralisme », a-t-elle indiqué samedi à l’AFP, en évoquant le cas des ours mais aussi des loups dans le Sud-est de la France.

Les associations s’insurgent contre cette « préférence pour le pastoralisme ». Sous le titre « Ségolène Royal dévisse dans les Pyrénées », Pays de l’ours-Adet qualifie dans un communiqué les déclarations de la ministre de « propos dignes d’une secrétaire d’État à la domestication de la Nature ».

« C’est une fausse bonne idée, improvisée, car à la suivre il n’y aurait plus d’ours nulle part, l’élevage étant partout dans les Pyrénées », note Alain Reynes.

L’association Ferus va encore plus loin et « demande la démission de la ministre de l’Écologie » car « elle n’a rien compris et n’y connaît rien ».

© AFP

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • becker

    Cette femme est loin d’éprouver de l’empathie envers quelqu’animal que ce soit, elle a même défendu la corrida……………DIRE QUE NOUS avons à notre corps défendant DES TORTIONNAIRES COMME REPRESENTANTS POLITIQUES!
    koala64/Michèle Becker

    • Annick Weiser-Tanguy

    Il faut, semble t-il, toujours…. brosser dans les sens du poil celui ou celle qui se trouve devant soit… ainsi on évite les réflexions et les mécontentements dans l’immédiat….
    N’a t-on jamais songé que c’est probablement l’humain, celui qui a deux jambes, qui empiète, partout où c’est possible sur le territoire des autres êtres vivants ? Que le respect de chacun est peut être la clé de l’avenir de notre planète ? De la sécurité et du devenir des générations futures ?
    Quelqu’un a t-il parlé de Signal d’ALARME ?

    • CAR ELIANE

    Elle n’y connait rien , le pastoralisme , le pastoralisme ? Comment font d’autres pays où il y a des ours ? en Croatie à 15 kms de la mer donc presque dans la montagne , un jour un ours est descendu dans la cour d’un de nos amis , il est grimpé dans le cerisier et n’en est reparti que lorsqu’il a été repu
    et qu’il avait mangé presque toutes les cerises et personne n’a eu idée de le tuer , les gens et les éleveurs sont habitués çà vivre avec mais en France c’est toujours spécial comme si il n’y avait qu’eux sur la planète nos éleveurs s’élèvent contre la réintroduction du loup des ours , toujours eux , eux , eux et le plus beaux c’est que nos politiques vont dans leur sens , quelque fois qu’ils pourraient grappiller quelques voix par là !

Produits végétariens : une étude pointe leur faible teneur en protéines végétales

Lire l'article