Nicaragua: le canal interocéanique menace l’approvisionnement en eau douce

Managua (AFP) – Le canal interocéanique du Nicaragua passera par le deuxième plus grand lac d’eau douce d’Amérique latine, le Cocibolca, ont annoncé lundi le gouvernement et l’entreprise chinoise chargée de ce projet pharaonique.

« Le canal traversera le territoire nicaraguayen d’est en ouest, sur une longueur totale estimée à 278 km, comprenant 105 km du lac Nicaragua » (Cocibolca), a déclaré l’ingénieur Dong YungSong, lors d’une rencontre avec des responsables universitaires et gouvernementaux à Managua.

Le canal partira de l’embouchure du fleuve Brito, sur la côte Pacifique, passera par le lac Cocibolca, puis par les affluents Tule et Punta Gorda, qui débouchent sur la mer des Caraïbes, a-t-il précisé, soutenant qu’il s’agissait de l’option la plus respectueuse de l’environnement.

Principale source d’eau douce du pays, le Cocibolca est le deuxième lac d’eau douce d’Amérique latine après le lac Titicaca, entre Pérou et Bolivie.

En 2013, le gouvernement nicaraguayen a accordé à l’entreprise chinoise basée à Hong Kong HKND la concession pour la construction et l’exploitation de ce nouveau canal interocéanique, alternative au canal de Panama.

Le chantier, estimé à plus de 40 milliards de dollars et qui doit débuter en 2014, est présenté par les autorités comme une planche de salut dans ce pays de 5,8 millions d’habitants où 40% de la population vit sous le seuil de pauvreté local.

© AFP

5 commentaires

Ecrire un commentaire

  • […] Le canal interocéanique du Nicaragua passera par le deuxième plus grand lac d'eau douce d'Amérique latine, le Cocibolca, ont annoncé lundi le gouvernement et l'entreprise chinoise chargée de ce projet pharaonique.  […]

    • Deflandre

    Tant que le progrès sera basé sur la production de devises, l’humanité construira un peu plus son autodestruction.
    La seule alternative, il me semble, à la pauvreté est l’éducation de la jeunesse, dans la perspective de plus de justice (donc de fraternité) et de plus de créativité pour aborder un avenir déjà bien compromis.
    La planète terre n’est pas une « chose » inerte que l’on mutile impunément.

    • Annick Weiser-Tanguy

    Une planche de salut pour les habitants ?…. disons plus exactement que « toujours les mêmes » vont tirer profit de ces travaux pharaoniques … les Gros, les industriels, les Etats….
    A l’heure du « tout virtuel », ne peut-on envisager de penser autrement, de prendre en compte les expériences du passé et de se projeter un peu dans l’avenir en réfléchissant au devenir de notre planète et de ses habitants ?
    L’économie à court terme est-elle plus importante que le « mieux-être » à long terme des « occupants-locataires » de la TERRE ?
    Arrêtons les hypocrisies et ne nous voilons plus la face… il est urgent de revoir, à tous les nivaux, notre façon d’appréhender notre devenir en général.

    • chapolin

    Cette nouvelle est une horrible nouvelle. Les promoteurs de ce projets ne sont ni plus ni moins que des criminels qui veulent annexer un bien appartenant au pays tout entier et qui ne profitera sans doute qu’aux plus riches. A noter que le canal traverserait des réserves naturelles.

      • Nica

      Exactement! Je suis Nicaraguayenne et la majorité des gens sommes contre ce projet mais le gouvernement s’en balance. Le président est un ancien voleur de banque et violeur de mineurs ça parait qu’il n’a pas perdu ses manies de voler et violer les droits des autres. Espérons qu’un miracle sauvera notre pays.