Dérèglement climatique: Fabius en appelle aux investisseurs internationaux

Aix-en-Provence (AFP) – Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a lancé dimanche un cri d’alarme sur le risque de dérèglement irréversible du climat, appelant les investisseurs internationaux à financer les énergies vertes.

« Au-delà de 2 degrés (de réchauffement, NDLR) ce sera le chaos climatique et personne: aucun particulier, aucune entreprise, aucune nation, aucune commune ne sera épargnée », a déclaré M. Fabius à l’occasion des rencontres économiques d’Aix-en-Provence, qui ont réuni sur trois jours quelque 3.000 personnes et 230 conférenciers de 35 pays.

« Depuis le début de la révolution industrielle, les énergies fossiles ont été le principal moteur de la croissance ou en tout cas son accompagnateur et ce modèle arrive à épuisement non pas, comme on le dit parfois, à la fin de ce siècle. Mais, assez rapidement, il détruira plus de richesses qu’il n’en crée », a dit le ministre, ajoutant qu’il n’était plus question de « réchauffement », de « changement » mais de « dérèglement climatique ».

« J’ai voulu profiter du fait que beaucoup de responsables sont réunis ici pour lancer une sorte d’appel (…) aux investisseurs privés et institutionnels – je pense aux fonds souverains, fonds de pension, sociétés financières – à investir là où à long terme se trouve leur intérêt réel, parce que je pense que c’est de là que viendra l’essentiel des moyens nécessaires », a déclaré M. Fabius.

Il a proposé de fixer un objectif de 10% des portefeuilles traditionnels consacrés à l’économie verte en 2020 contre 1%  actuellement.

« Des investissements massifs et pertinents » sont nécessaires, a déclaré M. Fabius, plaidant pour la « réorientation » dans les décennies qui viennent « d’un peu plus de 1.000 milliards d’euros qui sont « actuellement investis à hauteur de 80% vers les énergies fossiles contre 20% pour les renouvelables et de faire basculer cela progressivement ».

Il s’est également adressé aux pouvoirs publics, « dont le gouvernement français », qui doivent « mettre en place un cadre clair et stable dans le temps » pour « sécuriser la rentabilité » de tels investissements et doivent aussi « stopper les subventions aux énergies fossiles ».

Et aux entreprises: « l’empreinte carbone des entreprises doit être publiée, évaluée et devenir un critère d’appréciation ». « Notamment, et j’espère ne pas ébranler les colonnes du temple, par les agences de notation », a-t-il lancé.

La France accueillera la 21e conférence climat en 2015.

© AFP

 

4 commentaires

Ecrire un commentaire

  • […] Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a lancé dimanche un cri d'alarme sur le risque de dérèglement irréversible du climat, appelant les investisseurs internationaux à financer les énergies vertes.  […]

    • Pierre COCHERIL

    Enfin, une réelle prise de conscience au plus haut niveau.
    Les plus pauvres et les plus démunis seront aux premières loges de l’inexorable montée des océans, ajoutant une injustice supplémentaire dans un monde finançièrement outrageusement inégalitaire.
    Désinvestir dans l’économie carbonée ne suffira pas. Un plan massif de reforestation doit parallèlement être mis en oeuvre. Ceux qui sont morts sur les Plages du Débarquement ont fait le plus grand sacrifice de leur vie, accablant de douleurs leurs proches. A notre tour de relever ce défi, qui ne nous tuera pas , si ce n’est de honte de ne rien faire pour la jeunesse, pour l’humanité, et toute vie sur Terre.
    S.O.P ! Save Our Planet !

    • Haguenauer

    Ce qui est agaçant dans ce genre de discours c’est qu’il est composé d’une première partie qui semble exprimer une pleine conscience du problème, puis d’une deuxième qui veut donner in peu d’espoir puisqu’il s’agit d’orienter les investissements vers l’énergie , mais la 3 ème partie remet les pendules à l’heure, seuls les lobbies qui n’ont pas de vrai solution au problème mais sont pleinement
    intégrés dans le système rendement énergétique minimum et spéculation maximum bénéficieront de la manne financière. Ceux qui ont des solutions constructives sont ignorés, écartés, et si possible étouffés. Mais pour que cela ne se voit pas trop on finance les mouvements qui font du bruit, br

    • Damien

    A son niveau il peut plus qu’un simple « cri ».
    Nous, les naufragés de cette Terre en péril, crions depuis 40 ans.

Climat : pour l'Antarctique et le niveau des mers, chaque degré compte, selon une étude

Lire l'article