UE: baisse des émissions de gaz à effet de serre plus élevée que prévu

Copenhague (AFP) – Les émissions de gaz à effet de serre de l’Union européenne ont baissé davantage que prévu en un peu plus de vingt ans, d’après des chiffres publiés mardi par l’Agence européenne pour l’environnement (AEE).

Fin 2012, l’Union européenne avait réduit de plus de 19% ses émissions de gaz à effet de serre par rapport aux niveaux de 1990, au lieu des 18% annoncés dans une estimation préliminaire en octobre dernier.

La baisse des émissions est « en grande partie due aux réductions [obtenues] dans les transports et l’industrie et à une proportion croissante d’énergies provenant de sources renouvelables », a souligné l’agence.

« Cela place à portée de main l’objectif de 20%, avec huit années avant la date-butoir de 2020 », a-t-elle souligné.

Pendant la période où les émissions de gaz à effet de serre ont diminué de 19%, l’activité économique de l’UE a augmenté de 45%, selon l’AEE.

« L’UE a démontré qu’il n’y avait pas d’incompatibilité entre une économie en croissance et la réduction des émissions de gaz à effet de serre », a affirmé le directeur Hans Bruyninck, cité dans un communiqué.

Fin 2015, Paris accueillera une conférence des Nations unies pour parvenir à un nouveau traité mondial sur le changement climatique.

Le président américain Barack Obama s’est engagé lundi à contraindre les centrales électriques des Etats-Unis à réduire de 30% les émissions de CO2 en 25 ans.

La commissaire de l’UE chargée de l’action pour le climat, Connie Hedegaard, a estimé que la proposition d’Obama était « la mesure la plus forte jamais adoptée par le gouvernement américain pour lutter contre le changement climatique ».

© AFP

3 commentaires

Ecrire un commentaire

  • […] Les émissions de gaz à effet de serre de l'Union européenne ont baissé davantage que prévu en un peu plus de vingt ans, d'après des chiffres publiés mardi par l'Agence européenne pour l'environnement (AEE).  […]

    • Jeannin

    Dans le domaine de la production d’électricité, on voit clairement l’importance des énergies renouvelables pour faire baisser à la fois la part des combustibles fossiles et celle du nucléaire.

    http://energeia.voila.net/renouv/electri_renouv_fr_de.htm

    Une comparaison sur deux périodes à dix ans d’intervalle, car prendre une année particulière est toujours sujet à interprétation.

    Pour les principaux pays européens, graphique à l’appui, le résultat est très visible.

    Moins de combustibles fossiles, c’est aussi moins de CO2. Mais celui-ci n’est qu’une partie des gaz à effet de serre. Les fuites de méthane dans l’exploitation des gaz de schiste devraient attirer l’attention.

La banquise de mer tarde à se reconstituer en Arctique

Lire l'article

New Delhi s'étouffe sous un épais brouillard de pollution

Lire l'article