Nouvelles enchères record d’ivoires d’éléphant à Cannes

Nice (AFP) – Une nouvelle vente aux enchères record de défenses d’éléphants, en terme de volume et de chiffre d’affaires, a été établie samedi à Cannes, a-t-on appris auprès de la maison de vente organisatrice.

« Avec un total de vente de 625.000 euros, pour 910 kilos de défenses, il s’agit d’un record mondial pour une vente privée », a déclaré à l’AFP Alexandre Debussy, directeur associé de la maison de vente Cannes Enchères.

La totalité de ces trophées d’éléphants tirés en Afrique avant 1976, dont la vente est légale, a été acquise par des acheteurs chinois, opérant au téléphone par l’intermédiaire de courtiers, a indiqué M. Debussy, précisant que les ivoires d’éléphants étaient « considérées comme un signe extérieur de richesse en Chine ».

Les prix ont atteint jusqu’à 925 euros/kilo, soit le même niveau record enregistré lors d’une vente le 8 mars par cette même maison de vente.

Le lot le plus gros, de 73 kilos, s’est adjugé à 64.000 euros.

Ces ivoires étaient la propriété quasi-exclusivement « de Français retraités sur la Côte d’Azur ayant vécu en Afrique », selon M. Debussy, spécialiste de ce genre de vente.

Un moratoire sur les ventes d’ivoire à l’international a été décrété en 1989 mais, pour des objets importés avant 1976, des dérogations au règlement de la Convention internationale sur le commerce des espèces protégées (Cites ou Convention de Washington), très encadrées, sont possibles, notamment au sein de l’Union européenne (UE).

La vente de défenses ou d’objets en ivoire dont il est possible de prouver qu’ils sont entrés dans l’UE avant 1990, date d’entrée en vigueur du moratoire, est également légale.

© AFP

 

6 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Taillez

    Je trouve ça inadmissible qu’on puisse entretenir ce marché de l’ivoire de cette façon et en suivant ces règles de date d’importation et qui plus est par la France !!!!

  • […] Une nouvelle vente aux enchères record de défenses d'éléphants, en terme de volume et de chiffre d'affaires, a été établie samedi à Cannes, a-t-on appris auprès de la maison de vente organisatrice.  […]

    • CAR ELIANE

    Je trouve honteux qu’on puisse encore vendre l’ivoire des éléphants tués avant 1976 d’ailleurs qui prouve qu’ils ont été tués avant cette date ? On devrait faire comme l’a fait l’ IFAW , TOUT BRÛLER SUR UNE PLACE PUBLIQUE !
    En vendant cela aux Chinois ( encore eux ) on entretien le commerce de ce marché Quant aux possesseurs d’ivoire , ils devraient être punis déjà rien que pour détenir ce genre de trophée car au bout on n’ignore pas qu’il y a eu la mort d’un animal majestueux et inoffensif qui ne demandait qu’à VIVRE ! Mais quand s’arrêteront ces massacres d’éléphants ? quand il n’en restera plus que dans les ZOO ou sur des cartes postales !
    Et qu’on arrête de faire le jeu des Chinois qui sont pleins de fric et qui seraient capables de tout pour ces trophées

    • glisda

    C’est vraiment dégueulasse … Que penserait-on si des extra terrestres nous chassaient juste pour le plaisir de prendre nos dents de sagesses pour en faire des babioles.
    On dirait que ce sont des pourritures sans égards et sans morale.

    On devrait les faire brûler en place publique, pour l’exemple ! (devinez si je parle des défenses ou des acheteurs) .

    La voilà la réalité :
    http://gabonreview.com/wp-content/uploads/elephant-mort.jpg

    • Fpm Pluot

    Scandaleux ! C’est de la provocation ! Belle image des retraités qui ont fait du fric en Arctique,mieux vaut ignorer comment …

    • Una

    Des connards qui vendent des dépouilles d’animaux magnifiques à d’autres connards. Des minables qui s ela sont jouée « Tintin au Congo » dans les années 60-70, soutenant les pires dictatures, recevant des salaires mirobolants alors qu’ils avaient à peine le bac, et les voilà qui s’enrichissent encore et encore. Ces ventes sont scandaleuses, et ces « maisons » de ventes aux enchères devraient s’attirer les foudres de l’ALF!!!!

Deux bébés rhinocéros de Java, espèce en voie d'extinction, repérés dans un parc indonésien

Lire l'article