Alerte à la pollution en Angleterre et à Londres

Londres (AFP) – Un important voile de « smog » recouvrait mercredi Londres et une grande partie de l’Angleterre, déjà dans le collimateur de la Commission européenne en raison de la qualité de l’air respiré par les Britanniques et les niveaux très élevés de pollution.

L’épisode, qui devrait durer jusqu’à vendredi au moins, est de triple origine: les émissions locales, la pollution industrielle venue du continent européen et la poussière du sable du Sahara, apportée par les vents soufflant du sud-est, selon le ministère de l’environnement.

Alors que le temps est particulièrement clément pour la saison, avec des températures jusqu’à 20 degrés à Londres, le ministère de l’Environnement a recommandé aux personnes vulnérables d’éviter les efforts intenses à l’extérieur.

Certaines régions du Sud et de l’Est devaient atteindre mercredi des niveaux de pollution de neuf voire même dix sur une échelle de dix, selon les prévisions officielles.

Londres était recouvert d’un voile de pollution bien visible mercredi matin et le long des trottoirs les voitures, dont celle du Premier ministre David Cameroun, étaient recouvertes d’une fine pellicule de sable rouge.

Ce pic de pollution intervient alors que la Commission européenne a engagé le 20 février dernier des procédures juridiques contre le Royaume-Uni pour manquement à l’obligation de réduire les niveaux excessifs de dioxyde d’azote (NO2), un gaz toxique étant produit en majeure partie par les gaz d’échappement.

Londres, qui enregistre les niveaux de NO2 les plus élevés de toutes les capitales européennes, ne devrait parvenir à se conformer aux normes de l’UE qu’en 2025, soit 15 ans après le délai initial, selon la Commission.

© AFP

 

2 commentaires

Ecrire un commentaire

  • […] Un important voile de "smog" recouvrait mercredi Londres et une grande partie de l'Angleterre, déjà dans le collimateur de la Commission européenne en raison de la qualité de l'air respiré par les Britanniques et les niveaux très élevés de pollution.  […]

    • Fredvn

    La pollution des diesels. Il y a un moyen de réduire considérablement la pollution des vieux diesels. L’injection de vapeur d’eau. Système que j’ai expérimenté et fonctionne à merveille. Dans le collimateur des agents du contrôle technique pour mon vieux diesel japonais de 10 ans d’âge et plus de 150.000 km au compteur, je me décidais a installer ce système d’injection de vapeur d’eau sur mon vieux 4 x 4 pollueur. le jour et la nuit, mon vieux diesel a pri un coup de jeunesse, baisse de consommation de 25 à 30 % suivant les conditions de circulation, plus de reprise (comme neuf) et surtout plus aucune fumée qui sort de mon échappement. La surprise a été lors du contrôle technique suivant, les contrôleurs étaient prêts à recaler mon véhicule. Ils ont été tellement surpris de ne plus trouver de pollution à la sortie d’échappement qu’ils ont recommencé 2 fois. Ils ont fini par accepter que mon vieux taco pollue moins qu’une voiture moderne sois disant aux normes euros… Je n’écris pas ces quelques lignes pour faire de la pub pour ce système (enfin un peu quand même), mais pour aider les utilisateurs de vieux diesels a être moins polluant. Mais aussi pour décrier les sois disant normes imposées. Les constructeurs refusent d’installer ce système (trop simple) pas assez lucratif. Ils ne peuvent faire d’argent sur un petit réservoir d’eau et quelques bouts de tuyaux… Pour les bricoleurs, cela représente moins de 100 euro et au maximum 2 heures de travail.

L'ONG du navigateur Yvan Bourgnon présente un bateau de dépollution plastique fluviale

Lire l'article

Dorothée Moisan, auteure des Plastiqueurs, enquête sur les industriels qui nous empoissonnent : « Je dénonce le discours de l’industrie du plastique qui affirme que le recyclage fonctionne »

Lire l'article