Les usines de retraitement des eaux usées à l’origine des rejets de plastique dans les rivières et dans les océans

Publié le : Last updated:

plastique


Bassin de déshuilage d’une station d’épuration, Marne, France (49°00’ N – 4°20’ E). © Yann Arthus-Bertrand. Dans ce bassin de déshuilage des eaux usées, l’impulsion d’air permet de séparer les huiles contenues dans les eaux. Elles se rassemblent en une écume blanche qui pourra ainsi être évacuée ou incinérée.

En comparant la qualité des eaux en amont et en aval des centres de traitement des eaux usées, des chercheurs ont remarqué qu’ils rejettent une part importante de micro-plastiques dans le courant. Ils sont responsables de 80 % des fragments de plastique qu’on trouve dans les rivières et donc dans les océans. Des chercheurs de l’Université Loyola de Chicago ont mesuré la présence des micro-plastiqués dans le flux de 10 cours d’eau de l’Illinois. Ils estiment que les centres de retraitements des eaux usées peuvent rejeter entre 45 000 et 4 500 000 micro-débris de plastique par jour.

Timothy Hoellein, assistant professeur qui a conduit l’étude affirme que : « les centres de traitement des eaux font du bon boulot pour retraiter les eaux usées en enlevant les pathogènes et les excès de substances chimiques comme le carbone et l’azoté des eaux qui sont déversées dans les cours d’eau. C’est ce qu’on attend d’eux. Mais, ils n’ont pas été conçus pour filtrer ces particules de plastique très fines. » Ces fragments de plastique sont charriés par le courant. Cette étude citée dans ScienceDaily, l’équipe de Hoellein en a retrouvé à 2 kilomètres en aval des stations d’épuration. Les chercheurs rappellent que tous les écosystèmes aquatiques sont connectés. Aujourd’hui, dans les océans, des « continents de plastique » se forment et l’accumulation de ces matières synthétiques qui se dégradent difficilement se retrouve dans les espèces marines.

Media Query: