Ecosse : lancement du plus grand parc d’hydroliennes en Europe

FRANCE, Cherbourg-Octeville : A crane carries the first HyTide underwater turbine built by German company Voith Hydro at Cherbourg's shipyard (CMN), to put it in the water, at Cherbourg's port, on June 14, 2013. The exercise's goal was to test the handling device. The turbine was put into the water for ten minutes and then put on a barge to be shipped to Scotland. AFP PHOTO / JEAN-PAUL BARBIER

FRANCE, Cherbourg-Octeville : A crane carries the first HyTide underwater turbine built by German company Voith Hydro at Cherbourg’s shipyard (CMN), to put it in the water, at Cherbourg’s port, on June 14, 2013. The exercise’s goal was to test the handling device. The turbine was put into the water for ten minutes and then put on a barge to be shipped to Scotland. AFP PHOTO / JEAN-PAUL BARBIER

Le gouvernement écossais a délivré ce lundi un permis de construire pour le plus grand parc d’hydroliennes d’Europe – il sera construit au nord du pays et pourra fournir en électricité 40 000 foyers.

Mené par MeyGen, consortium dont GDF Suez est actionnaire à 45%, ce projet va utiliser le courant de la marée pour actionner des sortes de minis éoliennes placées au fond de la mer (aussi appelée hydroliennes). Chacune pourra produire un MW et sera reliée par des câbles en acier aux côtes. Localisé entre le nord de l’Ecosse et l’île de Stroma, où les marées provoquent de fort courants, le projet va démarrer par étape. Six turbines seront placées dans un premier temps. Elles permettront aux scientifiques de MeyGen d’étudier l’efficacité du système et l’impact environnemental sous-marin. Les travaux commenceront début 2014.  Suivant les résultats de cette phase pilote, le projet sera lancé progressivement et devrait être terminé d’ici 2020.

Cette technologie reste très couteuse -tout comme celle de l’éolien en mer qui ne se développe que grâce aux subventions de l’Etat. A tel point que le coût du projet n’a pas été dévoilé, note Le Monde. L’énergie marée motrice a cependant un avantage sur l’éolien et le solaire : les marées ont lieu 4 fois par jour de façon très régulière. L’objectif de MeyGen est d’installer 400 turbines à cet endroit au large de l’Ecosse, un objectif qui semble difficile à atteindre au vue des coûts financiers associés, mais qui permettrait de produire autant qu’une grosse centrale thermique, note Le Monde.

en Une

Newsletter

Twitter ›

Facebook ›

Media Query: